Troubles du sommeil

Comment lutter contre les troubles du sommeil ?

En 1886, l’écrivain Schopenhauer s’exprimait ainsi à propos du sommeil : « Le sommeil est pour les hommes ce qu’est le remontage à la pendule ». De nos jours cette citation semble être dépourvue de toute sa métaphore, puisque les horloges, encore moins le remontage, ne sont plus d’actualités. Aujourd’hui, les montres numériques et autres outils ne nécessitent pas ce remontage qui relève d’une autre époque. Toutefois s’il y a une chose qui reste d’actualité et dont cette citation a le mérite de soulever l’importance, c’est bel et bien le sommeil, le sujet central sur lequel porte cet article.

Toute l’information sur les produits pour éviter le stress et l’insomnie

De la nécessité de bien dormir

Parfois on peut avoir des difficultés à s’endormir. Cela peut constituer un véritable problème au vu de l’influence des troubles de sommeil sur notre vie au quotidien et notre santé. À force de manquer d’un sommeil de qualité, on peut être rongé par le stress. Il n’y a rien de mal à manquer de sommeil une fois en passant, mais lorsque le mal persiste sur une longue période, cela peut avoir de graves répercussions comme :

  • la perturbation de l’apprentissage au niveau des enfants du primaire ou des élèves au collège
  • les perturbations du travail qui se caractérise par l’absentéisme et une faible performance
  • la recrudescence d’accidents dus à une inattention pouvant survenir en circulation ou au travail.

Au regard de ces conséquences, on mesure l’importance du sommeil qu’il ne faut négliger sous aucun prétexte. L’insomnie est le trouble du sommeil qui affecte le plus de français, soit 10 % de l’effectif total de la population. Dans le souci de vous aider à mieux dormir nous vous donnons quelques recommandations sur comment en finir avec l’insomnie.

Qu’est-ce l’insomnie ?

L’insomnie est une réduction de la durée normale du sommeil, qui en affecte la qualité. Il peut entrainer une réduction de l’attention de l’individu affecté dès la journée suivante.

On retient que l’insomnie est l’ensemble des troubles de la nuit et du jour. Durant la nuit, le sommeil est affecté quantitativement et qualitativement par :

  • des difficultés à trouver le sommeil
  • des réveils en pleine nuit
  • un réveil matinal plus tôt que d’habitude.

Une telle qualité et quantité de sommeil n’ont aucun effet reposant sur le patient.

En pleine journée, l’individu somnole et est envahi par la fatigue. À ce symptôme s’ajoute une humeur agressive et hors de contrôle.

Ce n’est que si le manque de qualité a des effets néfastes sur le déroulement de la journée, qu’il est assimilé à l’insomnie. Ainsi, une personne qui estime ne pas avoir bien dormi, mais qui passe une journée normale sans perturbation n’est pas atteinte de l’insomnie.

Les types d’insomnies les plus fréquentes

L’insomnie peut être ponctuelle ou chronique

  • L’insomnie ponctuelle est une insomnie passagère qui a une cause déterminée et pouvant survenir au cours de quelques semaines
  • L’insomnie chronique se manifeste par de la peine à s’endormir, les troubles de nuit et du jour pouvant survenir en moyenne 3 nuits par semaine sur une durée de 1 mois.

L’insomnie n’est pas une maladie, mais plutôt un symptôme qui est annonciateur d’une maladie sous-jacente, tout comme la fièvre. Il faut donc bien se faire consulter par un médecin avant de traiter son insomnie.

D’après les chiffres, près de 10 % de la population française est atteinte d’insomnie. Ce chiffre peut varier d’une source à une autre puisque les critères d’identification de l’insomnie sont déterminés en fonction des cabinets d’études. Cependant, pour ce qui est de la classification de l’insomnie, il n’y a pas de contestation. Ce trouble appartient à la famille des troubles de sommeil comme la narcolepsie, un endormissement sans contrôle ; l’hypersomnie, une envie exagérée de dormir ou les troubles du rythme circadien affectant la veille et le sommeil.

L’insomnie est un trouble du sommeil qui réduit la qualité et la quantité du sommeil sans aucun effet réparateur. Sur les 30 % de la population atteinte par les troubles du sommeil, 84 %sont atteintes d’insomnie. Pouvant être ponctuelle ou chronique, l’insomnie survient au moins 3 fois dans la semaine et sur une durée de 3 mois minimum. L’insomnie est causée par de nombreux facteurs pouvant être identifiés le plus souvent en interrogeant un patient et son conjoint.

L’insomnie se manifeste par de nombreux symptômes comme :

  • peine à trouver le sommeil
  • un sommeil pas profond et perturbé
  • réveils dans la nuit
  • peine à retrouver le sommeil
  • sommeil n’excédant pas 4 heures de temps.
  • mauvais rêves et idées sombres

La cause de l’insomnie peut provenir de troubles psychologiques dont le stress, l’anxiété et la dépression.

Les besoins en sommeil

Il est indispensable de bien dormir pour se reposer physiquement et psychologiquement. Le sommeil a beaucoup de bénéfices pour l’organisme :

  • l’éveil de l’individu en alerte
  • refaire le plein d’énergie pour les cellules nerveuses et musculaires
  • la simulation de la sécrétion d’hormones pour la croissance
  • le bon maintien de la glycémie qui prévient le diabète, le surpoids (Xenical et Alli Orlistat), et l’obésité
  • la défense immunitaire de l’organisme
  • épuration de l’organisme
  • un meilleur apprentissage et la mémorisation.

Les besoins estimés en sommeil en fonction de l’âge des personnes, par la Fondation américaine sur le sommeil, ont été ordonnés dans un tableau.

ÂgeNombre d’heures de sommeil par jour
0 à 2 mois16 à 19 heures
2 à 12 mois14 à 15 heures
12 à 18 mois13 à 15 heures
18 mois à 3 ans12 à 14 heures
3 à 5 ans11 à 13 heures
5 à 12 ans9 à 11 heures
Adolescents8.5 à 9,5 heures
Adultes7 à 9 heures

Les personnes âgées ont besoin de la même quantité de sommeil que les jeunes adultes, même si en réalité, ils dorment moins. S’ils ne dorment pas assez la plupart du temps, c’est en raison du manque de profondeur de leur sommeil, conséquence du vieillissement. Ainsi, ils peuvent être réveillés par des perturbations extérieures comme des bruits, les nuances de lumière et des douleurs corporelles. En dépit du fait que l’évidence de ces bienfaits n’a pas été apportée, les personnes âgées peuvent respecter leur quota journalier en dormant dans la journée.

Pour une personne adulte active, le besoin en sommeil est de sept à 9 heures par nuit. Même si certains se retrouvent en bonne condition en dormant moins ; ils seraient en parfaite forme en dormant suffisamment. Un gène découvert par les scientifiques dote les individus qui en sont porteurs, d’une capacité de récupération complète en six heures de sommeil. Néanmoins, ce gène n’est porté que par près de 3 % de la population mondiale et la mauvaise nouvelle est qu’il y a de grandes chances que vous soyez parmi les 97 % de la population qui n’en sont pas porteurs. En cas de doute, il vaut mieux dormir en moyenne sept à neuf heures par nuit pour ne pas avoir un grand déficit de sommeil à combler. En considération des risques liés au manque de sommeil quantitatif et qualitatif, il est fondamental que chacun détermine ses besoins en sommeil, qui peuvent évoluer en fonction des années.

Cette expérience vous aidera à apprécier vos besoins personnels en sommeil.

Un premier indicateur de votre manque de sommeil est la nécessité de régler un réveil pour pouvoir vous réveiller. L’usage de cet accessoire est une preuve que votre organisme n’a pas eu sa dose complète de sommeil.

L’expérience consiste à vous mettre au lit 15 minutes avant votre heure quotidienne pour vous endormir afin de voir si vous avez toujours besoin du réveil pour vous réveiller. Si le réveil est toujours nécessaire, mettez-vous encore au lit 15 minutes à l’avance. Si le résultat est le même, recommencez cela au fur et à mesure jusqu’à réussir à vous réveiller à l’heure sans réveil. Ainsi, vous aurez une indication de votre besoin d’heures de sommeil au quotidien.

Néanmoins, même si vous avez passé une nuit complète avec le nombre d’heures nécessaire, il peut arriver que seul le réveil arrive à vous réveiller. Cela peut s’expliquer par le fait que vous soyez dans une phase de sommeil profond. Pour pouvoir vous réveiller en douceur, il faut régler votre heure de réveil sur un multiple de 90 minutes, l’équivalent de la durée d’un cycle normal de sommeil en prenant en compte vos besoins.

À titre d’illustration, vous pouvez vous endormir à 22 h et choisir 5 h 30 comme l’heure de réveil soit 7 heures 30 de sommeil à la place de 6 h ou 6 h 30. Le réveil à 5 h 30 tombe pile au moment de la fin d’un cycle de sommeil, ce qui ne nécessite pas de dormir une demi-heure supplémentaire. En effet, le réveil à la fin du cycle est adéquat puisque l’organisme est prêt à se réveiller.

Les causes de l’insomnie

L’insomnie est un trouble du sommeil qui peut être dû à plusieurs facteurs.

Les facteurs liés à l’environnement

Tout ce qui nous entoure au quotidien peut avoir des répercussions sur la qualité du sommeil. En voici quelques exemples

  • l’exposition à la lumière
  • l’utilisation des appareils électroniques tels que la télévision, ordinateurs, téléphones portables et smartphones ayant des écrans
  • les bruits des alentours
  • la prise quotidienne des repas et les espacements

Les activités sportives en soirée.

Les facteurs d’ordre psychologiques

Ces facteurs sont responsables en grande partie de l’insomnie. Cela est prouvé par le fait que la moitié des insomniaques sur le territoire français souffrent du stress, de l’anxiété, et d’épisodes traumatisants ponctuels.

Les facteurs liés à d’autres pathologies

Les troubles de sommeil peuvent être causés par d’autres maladies aiguës et chroniques sous-jacentes tels que :

  • le syndrome des jambes sans repos qui a une forte prévalence au niveau des femmes enceintes et des femmes de la soixantaine. Cette maladie se manifeste par des impressions de brulures et de picotement dans les jambes. Les personnes qui en souffrent sont obligées de se lever de leur lit pour faire quelques pas et se rafraîchir les jambes en les aspergeant d’eau froide, ce qui a pour conséquence de retarder l’endormissement.
  • L’apnée du sommeil
  • Les douleurs chroniques causées par l’arthrite et les maladies dégénératives comme le cancer
  • La dépression
  • L’insuffisance cardiaque et la maladie pulmonaire
  • Une envie pressante d’uriner fréquemment
  • L’hyperthyroïdie
  • Le reflux gastro-œsophagien
  • Les maladies neurodégénératives à l’instar de la maladie de Parkinson ou de la maladie d’Alzheimer

En plus de ces facteurs, des personnes en raison de leur état et de leur comportement s’exposent à l’insomnie.

Les personnes à risque

  • Les cinquantenaires et plus
  • Les femmes en raison des changements hormonaux pendant les menstruations, avant et après la ménopause
  • Ceux qui sont dans un environnement hostile au sommeil comme : une mauvaise température, un éclairage inadapté, des bruits intenses comme des ronflements, l’altitude, etc.

Les comportements à risque

  • Le décalage horaire, changements des horaires de travail et le travail nocturne.
  • Passer des nuits à l’hôtel ou se déplacer beaucoup.
  • Un sommeil sans hygiène ; dormir à l’excès, durant toute la journée et mener des activités dans la nuit, telles que le sport qui empêche de dormir.
  • La prise de trop de caféine durant la journée ou au moment de se coucher. Il en est de même pour les tisanes à la menthe pouvant avoir un effet excitant.
  • La consommation de l’alcool : même si l’alcool entraine l’endormissement, une fois qu’il est bien métabolisé par le corps, il perturbe les cycles de sommeil en affectant la qualité. Son effet est le même que la consommation excessive de tabac en soirée.
  • La prise des drogues à l’instar des amphétamines, et cocaïnes qui stimulent le système nerveux central en maintenant en éveil.
  • La prise des médicaments vendus sans ordonnance comme les décongestionnants, antidouleurs et produits pour maigrir contenant de la caféine
  • La prise d’autres médicaments vendus sans ordonnance comme les antidépresseurs, corticoïdes et antihypertenseurs.

L’anxiété est l’une des profondes craintes des insomniaques. Cette préoccupation constante est un facteur qui maintient dans l’état insomniaque. En effet, celui qui souffre d’insomnie est soucieux du manque de sommeil, des heures de sommeil restantes, ainsi que des troubles de jour qui affectent son attention au quotidien et au travail. Que faut-il faire dans ce cas ?

L’insomnie : Comment procéder pour y remédier ?

Vous serez peut-être surpris, mais il existe des moyens simples et efficaces vous permettant de vous mettre dans les conditions idéales pour bien dormir et prévenir l’insomnie.

  • Au moins trois heures avant de passer au lit, soumettez votre corps à un exercice physique, d’intensité moyenne ; au quotidien. L’expérience prouve que les personnes qui pratiquent ce type de rituel ont le sommeil facile pendant que les sédentaires devront faire le double de leur temps avant de dormir. On note également que la deuxième catégorie dort en moyenne une heure de moins que la première.
  • La digestion fait partie des activités qui maintiennent l’organisme en éveil. Pour cela, il est recommandé de prendre des repas très peu lourds, bien des heures avant de se coucher. Il est important que ce repas ne contienne que très peu de protéines, mais qu’à l’inverse, il soit riche en glucides d’assimilation lente. Ce faisant, non seulement vous évitez de ressentir un creux d’estomac la nuit, mais votre sommeil est favorisé grâce à la sécrétion de deux hormones à savoir : la mélatonine et la sérotonine.
  • Ne surtout pas consommer des boissons stimulantes : on pense notamment au café, le thé, la nicotine, le chocolat, le soda, etc. Il faut aussi accorder une attention particulière aux ingrédients contenus dans les médicaments que vous prenez les soirs.
  • La détente avant le coucher : plusieurs techniques de relaxation permettent de favoriser un sommeil de qualité comme le yoga, un bain tiède, de la musique, de la lecture et bien d’autres.
  • Programmer votre organisme : prendre l’habitude de se coucher et de se réveiller régulièrement à la même heure permet d’adapter et de définir votre horloge biologique.
  • Mettre votre corps dans une bonne condition pour dormir : une tenue légère en coton par exemple.
  • Aménager un local favorable pour le sommeil : dormir dans le noir sur un matelas en bon état est une excellente manière d’aider au sommeil. Le calme est aussi important et si vous ne pouvez pas y remédier, vous pouvez toujours vous servir de bouchons d’oreilles pour vous  « déconnecter » de l’animation extérieure .La température ne doit pas être négligée non plus. Il faut qu’elle soit en deçà des 19°C.
  • Éviter au maximum les écrans et surtout la télévision dans votre lit avant de vous endormir.

Il est aussi conseillé de s’habituer à un certain nombre de comportements :

  • Aller au lit seulement lorsque le sommeil se manifeste.
  • Si une fois au lit, vous êtes toujours éveillé dans les 20 à 30 minutes qui suivent, vous devez sortir de votre chambre et vous relaxer avec une activité de détente et ne retourner à l’intérieur que lorsque l’envie de dormir vous revient.
  • Fixer une heure à laquelle vous allez vous lever chaque jour sans exception, afin de remodeler votre horloge biologique.
  • Il est important d’avoir au minimum 5 heures de sommeil par nuit, une durée inférieure n’étant pas correcte.
  • En ce qui concerne la sieste au cours de la journée, il n’existe pas une règle fixe. Une catégorie de personnes vous conseillera de dormir seulement 10 minutes pendant que d’autres vous diront que vous ne devriez pas puisque selon eux, cela réduit le sommeil du soir. Il vous revient de faire un choix selon ce qui arrange votre corps.

Des traitements naturels contre l’insomnie

S’il s’agit d’insomnie qui ne survient que rarement, vous n’avez pas besoin de vous alarmer. Si par contre vous y êtes régulièrement confronté, pour des causes que vous connaissez déjà, voici une liste de traitements naturels pour vous aider à résoudre ce problème :

  • Le lait chaud : il renferme de la mélatonine qui est une hormone favorisant un sommeil paisible. C’est un traitement fiable contre les troubles de sommeil et tout autre problème du genre. Pour sa mise en application, il est conseillé de prendre une tasse de lait chaud ou légèrement chaud. Rien d’autre ne devra être ajouté si ce n’est du miel (facultatif).
  • La valériane : cette plante est connue pour la capacité de sa racine à calmer les nerfs et à les détendre pour amener dans un sommeil facile et profond. Il est donc recommandé de boire une infusion de cette plante avant de se coucher. Cependant, il faut faire preuve de vigilance et ne pas trop en prendre, car vu son efficacité, vous risquez de passer toute la journée suivante au lit.
  • Le tilleul : c’est un excellent tranquillisant qui permet, en plus, de lutter contre l’anxiété. C’est donc conseillé pour les personnes souvent anxieuses et celles soufrant régulièrement de crampes. Cette feuille aide à détendre les muscles et apaise les nefs, grâce à ses propriétés antispasmodiques. Avec une infusion de ces feuilles avant de dormir, votre sommeil n’en serait que meilleur.
  • La laitue : on y fait souvent recours lorsque le bébé ne parvient pas à trouver le sommeil ou que son sommeil est agité et qu’il commence par pleurer la nuit. Contrairement à la pratique courante, il est conseillé de faire infuser les feuilles et d’en prendre le thé plutôt que de consommer la feuille. En réalité, la laitue contient des éléments apaisants et qui favorisent le sommeil paisible. Avec les enfants, on recommande de plonger la feuille dans leur baignoire et de leur mettre cette eau sur la tête pendant le bain.
  • La lavande : ce type de traitement plairait certainement aux amoureux de l’aromathérapie. Le parfum émanant de cette plante aide à se détendre, à se relaxer et donc prépare idéalement l’organisme à un sommeil facile. Vous pouvez opter pour une plante juste à l’entrée de votre pièce, l’huile essentielle de lavande ou simplement en faire une infusion avant d’aller au lit. Il ne vous restera plus qu’à vous coucher, car le sommeil ne se fera pas attendre.
  • La fleur d’oranger : lutte contre l’anxiété, effets relaxants; tels sont les avantages que propose cette fleur pour vous arranger un sommeil des plus agréables. Prendre une infusion de cette fleur est une bonne méthode. Vous pouvez aussi inspirer l’arôme de son huile essentielle ou en mettre quelques gouttes dans votre bain et les résultats se feront sentir. Si par chance vous avez un jardin dans votre maison, prenez plaisir à y planter un oranger le plus proche possible de la fenêtre de votre chambre.

Quelques idées pour combattre efficacement l’insomnie

Hormis ces solutions, il est important que vous adoptiez certains comportements, aussi bien dans votre mode de vie que dans vos activités journalières :

  • Il faut éviter de travailler ou de réviser sur le lit, car il est uniquement dédié au sommeil. Certaines activités sont aussi prohibées comme manger sur lit, effectuer des appels téléphoniques et parfois même la lecture. Petite nuance, vous pouvez lire sur le lit si cela contribue à favoriser votre sommeil, mais c’est seulement dans ce cas précis. Si vous prenez l’habitude de faire d’autres activités que dormir sur votre lit, votre organisme s’y adaptera et vous tiendra éveillé malgré tout.
  • Votre dîner est très important : lorsque le soir vous consommez de trop, vous risquez de trouver le sommeil difficilement. La situation sera là même lorsque vous mangerez des aliments gras, des fécules ou du sucre. Ce type d’alimentation au dîner implique souvent des difficultés de digestion et donc de sommeil. Cependant, ce n’est pas une raison pour vous montrer radicale envers votre organisme en ne prenant pas votre dîner. Avec le ventre vide, vous ne pourrez pas non plus dormir correctement et vous allez probablement vous lever en pleine nuit pour faire un tour du côté de la cuisine. La solution est donc de dîner sain avec un repas léger.
  • La méditation, un élément clé : si vous avez du mal à trouver sommeil, c’est que votre organisme tout entier, le cerveau y compris, est actif à un moment qui ne vous avantage pas. Méditer devient alors une solution de rang. Combinée à la relaxation, la méditation vous permettra de régulariser le cycle du sommeil.
  • Profitez des bienfaits de la musicothérapie : il existe des combinaisons de sons, qui vous permettent de vous détendre et favorisent votre sommeil. Lorsque vous vous laissez emporter par ces types de mélodies, le sommeil vient à vous sans que vous n’en soyez conscient. Parmi ces musiques, nous avons la musique classique ou les divers bruits de la nature tels que le chant des oiseaux, le bruit des vagues, le vent sifflant dans les arbres, pour ne citer que ceux-là. Par contre, toute mélodie vous incitant à bouger le corps ainsi que les morceaux de votre artiste favori ne doivent pas figurer dans cette playlist.
  • Évitez la consommation de tout stimulant du genre café, alcool, thé, la cigarette ou tout type de cette catégorie : les expériences ont démontré que ces éléments maintiennent le système nerveux actif pendant 4 h de temps environ. Ainsi, à moins d’en prendre 4 h avant l’heure de se coucher, il vous serait très difficile de dormir. Une chose est certaine, c’est que vous n’allez pas bien dormir ce soir-là.

L’insomnie : quels sont les traitements disponibles ?

Les médicaments traditionnels

Il est possible que malgré que vous ayez respecté toutes les recommandations et mesures préventives, l’insomnie se manifeste toujours. Il vous faudra dans ce cas vous rendre chez votre médecin qui, après examen suivi de quelques questions, vous prescrira des médicaments. Communément appelés somnifères, ces médicaments vous aideront à vous remettre de votre fatigue dans le court terme. Il faut souligner que ces médicaments ne traitent pas réellement l’insomnie puisque la cause demeure. Leurs effets consistent à provoquer une diminution de l’activité du cerveau pour favoriser le sommeil, mais en général, les effets s’estompent après 4 mois d’utilisation. L’organisme finit par s’y adapter en fin de compte.

Comme exemple de ces traitements, on peut parler :

  • Des Benzodiazépines : ils sont à la fois anxiolytiques, sédatifs, hypnotiques et myorelaxants. Ce traitement est sujet à différente contre-indication et présente un nombre conséquent d’effets indésirables parmi lesquels les somnolences en pleine journée, un bouleversement de cycle naturel du sommeil (le sommeil lent, paradoxal) et les rêves sont laissés aux placards. Les chutes nocturnes et les troubles de mémoire font aussi partie du lot. Mais le plus important est le risque d’accoutumance et de dépendance vis-à-vis de ces molécules. Il existe des molécules similaires aux benzodiazépines qui ont moins d’impact sur le cycle naturel du sommeil. Si les risques d’accoutumance sont conservés, les effets liés à la somnolence sont moindres.
  • Des Antihistaminiques : leurs effets sont plus concentrés sur l’amélioration de la qualité du sommeil. Par contre, la durée du sommeil est réduite. Le point positif de ces molécules est qu’il est difficile de développer une dépendance.
  • Des anxiolytiques sédatifs : il s’agit d’antidépresseurs employés à une dose minimale, pour aider à améliorer la qualité du sommeil.
  • Des neuroleptiques hypnotiques associés aux benzodiazépines : ces combinaisons ont été soumises en tant que somnifères, mais les autorités, craignant les risques liés à l’utilisation de ces neuroleptiques, procèdent actuellement à leur retrait du marché.
  • Des agonistes des récepteurs de la mélatonine.
  • Aussi connue sous le nom d’hormone du sommeil, la mélatonine est un élément incontournable dans le processus du sommeil. En réalité, cette hormone augmente en termes de concentration une fois la nuit tombée et atteint son maximum dans les environs de 2 à 4h du matin avant de régresser une fois le jour arrivé. En effet, la glande péniale se sert de la mélatonine comme messager pour signaler au cerveau, le temps couvert par les heures obscures et d’éclairage sur un cycle journalier de 24h et ce, durant toute l’année (cycle saisonnier). Ainsi, la mélatonine permet à la glande péniale de donner le « top » au cerveau pour diminuer son activité au moment de dormir. Les agonistes imitent ainsi l’action de la mélanine afin d’obtenir les mêmes effets et donc favoriser le sommeil sans pour autant modifier son architecture.
  • Il faut quand même noter que ces médicaments ne sont pas recommandés pour les femmes enceintes ou allaitantes et présentes des effets secondaires dont il faut discuter avec son médecin.
  • Pour finir, il existe des molécules qui peuvent être utilisées au cours de la grossesse ou de l’allaitement, mais l’avis du médecin doit être consulté.

Quoi qu’il en soit, ces traitements sont accessibles sur présentation d’une ordonnance et certains sont à prescriptions restreintes. La consultation chez un médecin est donc inéluctable.

La phytothérapie

Faites preuve de vigilance. Pour les femmes enceintes ou allaitantes, la phytothérapie pour le sommeil est vivement déconseillée. Le plus souvent, les plantes sédatives sont administrées en deux étapes. La première administration consiste en une demi-dose à prendre environ 3h avant de se coucher. Cela permet de mettre l’organisme dans des conditions favorables au sommeil. La deuxième administration est une dose entière à prendre 30 minutes avant de se coucher.

Au nombre des plates sédatives, il y a :

  • La passiflore : c’est un traitement idéal pour les troubles de sommeil. Cette plante renferme des alcaloïdes qui induisent une production de sérotonine, une autre hormone de sommeil.
  • L’Eschscholtzia ou Pavot jaunes de Californie : est surtout efficace lorsque vous avez du mal à vous rendormir après vous être réveillé la nuit. Elle possède des propriétés quelque peu anxiolytiques.
  • L’Aubépine : cette plante agit sur le système cardiaque ainsi que le système nerveux central pour favoriser le sommeil.
  • La Ballote : une plante très efficace pour faciliter le sommeil des personnes anxieuses grâce à ces propriétés anxiolytiques et antidépressives.
  • La Valériane : c’est aussi un anxiolytique et un calmant. Elle est conseillée pour les personnes adultes ayant souvent le sommeil agité. Sa forme la plus efficace est la gélule, mais il est déconseillé de prendre de l’alcool dans ce cas.
  • Le Houblon : cette plante doit être utilisée en combinaison avec une autre, très souvent la valériane. Pour les femmes ménopausées, il représente un vrai soulagement, car il minimise les bouffées de chaleur subies la nuit.
  • La Mélisse : si vous êtes anxieux et vous souffrez d’insomnies, elle est l’idéal pour vous aider à dormir facilement. Par ailleurs, c’est un bon moyen pour se libérer de la dépendance aux benzodiazépines. Bien entendu, cette sorte de sevrage devra se faire sous la surveillance d’un médecin.
  • Certaines plantes ont aussi la capacité de vous aider à régler les problèmes de troubles de sommeil comme le Tilleul, la Fleur d’Oranger, la Verveine odorante ou les pétales de Coquelicot.

Mais pour plus de sécurité, il est recommandé de consulter l’avis de son médecin ou de son pharmacien.

Le traitement homéopathique

L’homéopathie peut être envisagée comme un moyen de traitement des insomnies passagères, en complément d’un traitement en profondeur après une étude de chaque patient mené par le médecin homéopathe pour apprécier l’état de chaque patient.

Néanmoins, peu importe votre condition, nous vous recommandons 3 granules Passiflora 9 CH ou Passiflora au moment de vous endormir. Le pharmacien peut aussi suggérer d’autres traitements homéopathiques pour traiter les troubles du sommeil.

Vous devez consulter votre médecin dès l‘apparition des cauchemars, envies de manger tardivement, anxiété empêchant de dormir entre 1 heure et 3 heures du matin, surmenage, chagrins, ou contrariétés donnant l’insomnie.

Le traitement par aromathérapie

Les huiles essentielles peuvent être utiles, mais il faut souligner que l’aromathérapie n’est pas recommandée aux enfants, femmes enceintes ou allaitantes. De nombreuses huiles essentielles peuvent aider à bien s’endormir :

  • L’huile essentielle de Lavande: antispasmodique puissant, cette huile sédative permet de vite s’endormir et de jouir d’un sommeil réparateur. On peut s’en servir pour un massage dilué, dans une huile végétale une demi-heure avant de se coucher, sur les parties suivantes : plexus solaire, la colonne vertébrale. Il est aussi possible d’ajouter quelques gouttes dans le gel douche, l’eau du bain du soir ou sur la taie d’oreiller.
  • L’huile essentielle de Bois de Rose dont la senteur débarrasse de l’anxiété
  • L’huile essentielle de Mandarine : pouvant être bu ou diffuser dans l’atmosphère, c’est une huile sédative qui a des propriétés relaxantes.
  • L’huile essentielle de Marjolaine adaptée pour un massage diluée dans une huile végétale
  • L’huile essentielle de Camomille Romaine, également adaptée pour un massage dilué dans une huile végétale
  • L’huile essentielle de Petit Grain Bigaradier qui empêche les réveils tard dans la nuit
  • L’huile essentielle de Cumin : une goutte sur un sucre à consommer par voie orale le soir avant de se mettre au lit.

Par ailleurs, il y a des variétés de mélanges d’huiles essentielles prêts à l’emploi qui peuvent être sous les formes suivantes

  • spray relaxant à vaporiser
  • composition pour être diffusé avec un diffuseuradapté
  • lotion de bain relaxant
  • huile de massage relaxante
  • capsules relaxantes à consommer par voie orale

Pour bien dormir, il est important que vous connaissiez vos besoins en sommeil et que vous adoptiez un bon comportement au quotidien, qui vous aidera à ne pas avoir de troubles de sommeil. En dépit de tout, si vous souffrez toujours des troubles desommeil, il est obligatoire de consulter un médecin.

Notre sélection de six traitements légers contre l’insomnie

Pour traiter les troubles de sommeil, il est bien possible de se passer des somnifères. Il suffit de suivre un traitement à base de médicaments légers, mélatonine et des plantes aux propriétés relaxantes. Ces traitements légers permettent d’éviter l’insomnie, qu’il soit dû à des troubles psychologiques comme le stress et le décalage horaire. Les médicaments de types antihistaminiques sont des sédatifs efficaces.

La doxylamine est un antihistaminique qui a un effet rapide aux effets indésirables, comme la bouche sèche, les palpitations, constipation voire somnolence. En raison des risques, il est interdit pour ceux qui ont des troubles de prostate et en association de quelques médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer et des antidépresseurs. La doxylamine est aussi déconseillée aux personnes âgées qui peuvent tomber en cas de réveils nocturnes.

Les plantes relaxantes sont utiles pour le traitement des troubles du sommeil causés par le stress et l’anxiété, ainsi que la fin de la dépendance aux somnifères.

  • La valériane est une plante qui est aussi efficace qu’un sédatif léger. La dose recommandée est de 50 à 120 mg d’extrait sec.
  • Le houblon et la passiflore qui sont reconnus par l’Agence européenne du médicament pour leurs propriétés sédatives et relaxantes
  • Le pavot de Californie encore appelée escholtzia, l’aubépine, et ballote sont des plantes qui, associé à la valériane, le houblon et la passiflore amplifient leur effet. Cependant, la ballotte est une plante qui peut être toxique pour le foie.

Le résultat du traitement à base de plantes peut se faire ressentir en quelques jours. En raison de l’absence des informations sur les toxines de ces plantes sur le long terme, il est interdit d’excéder 6 semaines de traitement quotidien.

La mélatonine est l’hormone en charge de la régulation du cycle biologique interne pour l’alternance de l’état de veille et le sommeil. Produite naturellement, elle est utile pour s’adapter au décalage horaire et permet aux « couche-tard » et « lève-tard » de se mettre tôt au lit. Il faut consommer la mélatonine à partir de 19 heures et 20 heures sur une durée de 2 à 4 semaines. Arrêtez le traitement si après 3 jours, il n’y a aucun signe d’amélioration au risque de renforcer l’insomnie. En conséquence, ne privilégiez que les compléments alimentaires qui ne contiennent pas plus de 1 mg de mélatonine.

Médicaments légers sans mélatonine

Dornomyl de Brystol-Myers Squibb : boîte de 10 comprimés sécables à 2,50 euros, disponible aussi en comprimés effervescents

Description : ce médicament est un antihistaminique H1 avec un effet sédatif qui contient de doxylamine. Bien connu dans les pharmacies, il endormit rapidement pour rallonger les cycles de sommeil. Ce traitement est aussi vendu sous forme de génériques.

La cible : prescrit à partir de 15 ans pour un traitement inférieur ou égal à 5 jours.

Notre recommandation : vous pouvez prendre d’abord 1 comprimé dans l’intervalle de 15 à 20 minutes par jour avant de vous coucher. Si les effets tardent à se faire ressentir, augmentez la prise de 1 comprimé. Pour les cas de somnolence, optez pour les comprimés sécables.

Spasmine du laboratoire Jolly Jatel : boîte de 60 comprimés à 5 ou 6 euros. Disponible aussi en boîte de 30 comprimés.

Description : composé de 120 mg d’extrait sec de la valériane et de l’aubépine, il est prescrit pour traiter l’anxiété et les troubles de sommeil. Il peut être prescrit pour les enfants.

La cible : Ce médicament est prescrit à partir de 6 ans pour l’insomnie avec des causes psychologiques comme la nervosité, le stress pour l’anxiété.

Notre recommandation : L’aubépine, un composant de ce médicament a un effet anxiolytique. Avec ces propriétés cardiorégulatrices, elle est utile pour les palpitations et la régulation de la tension artérielle.

Somdor+ du Laboratoire des Granions : boîte de 30 comprimés à environs 15 euros

Description : Somdor+ est un médicament qui se compose des éléments suivants : d’une part, la mélisse, l’aubépine, le houblon, la passiflore et valériane (62,5 mg d’un extrait sec), d’autres parts des composants pour l’équilibre nerveux  tels que le tryptophane, un acide aminé utile pour synthétiser la mélatonine et la sérotonine, le magnésium et la vitamine B6.

La cible : prescrit à partir de 15 ans pour le stress et l’anxiété.

Notre recommandation : ce traitement est conseillé pour les troubles de sommeil ayant des répercussions sur le lendemain comme les difficultés de concentration.

Médicaments légers avec mélatonine

ChronoDormde Iprad : boîte de 30 comprimés sublinguaux à environ 6,50 euros

Description : à prix abordable, et contenant 1 mg de mélatonine, c’est un comprimé à sucer par absorption sous la langue pour une action rapide

La cible : prescrit à l’adulte âgé d’au moins 18 ans pour le décalage horaire et régulation des cycles de sommeil chez les couche-tard.

Notre recommandation : utilisez la mélatonine pour se coucher tôt afin de s’habituer au décalage lors des trajets de l’ouest vers l’est. La prise lors du trajet inverse fait dormir plus aisément pour rattraper les heures de sommeil.

Arkorelax Sommeil de Arkopharma : boîte de 15 comprimés à 14,50 euros.

Description : il se compose des éléments suivants : 1 mg de Mélatonine, et extraits des plantes valériane (125 mg par comprimé), escholtzia, mélisse houblon qui agissent pour favoriser l’endormissement.

La cible : prescrit pour les adultes ayant du mal à s’endormir à cause du stress, de l’anxiété et du surmenage

Notre recommandation : vous pouvez couper les gros comprimés en deux pour mieux les avaler.

Sommeil 3 en 1 de Juvamine : boîte de 30 gélules à 8,95 euros

Description : médicament à base de 1 mg de mélatonine, et 3 plantes relaxantes : mélisse, passiflore et camomille. Il est disponible pour un accès libre en pharmacie et GMS.

La cible : prescrit pour les adultes souffrant d’anxiété, les cas de cycles de sommeils perturbés, et les difficultés à s’endormir et se réveiller.

Notre recommandation : la camomille et la mélisse améliorent l’effet sédatif de la passiflore. La mélisse est aussi adaptée pour le traitement des douleurs et crampes d’estomac causé par le stress.

Troubles du sommeil
Laissez votre avis

A lire aussi sur Pharmassimo..

Est-il possible d’acheter sa pilule... Parmi les différents circuits d’achat de la pilule contraceptive figure l’Internet. Acheter sa pilule en ligne est devenue mo...
Male Extra Male Extra : indications, posologie, avis, effets secondaires et Prix ! Vous trouverez sur Pharmassimo toutes les informatio...
XLS Medical Vous désirez diminuer votre manière de manger et de mettre un terme à l’augmentation des graisses dans votre corps, il est po...
L’obésité chez les jeunes Lorsque les enfants ont un apport calorique alimentaire supérieur à leurs dépenses énergétiques, leurs corps stockent le surp...
Allergies Les moyens de lutte contre les allergies Les allergiques peuvent se manifester au travers de l’alimentation, de la respirati...
Acheter Levitra Orodispersible Le Levitra figure parmi les traitements des troubles érectiles chez l’homme. Fabriqué par les laboratoires Bayer HealthCare ...