✅ Consultation sans face-à-face​

✅ Livraison gratuite en 24h

✅ Données sécurisées

✅ Service noté 4,9 sur 5

✅ Ordonnance en ligne

✅ Livraison gratuite

Pourquoi Reductil a été interdit ?

Pourquoi Réductil a-t-il été interdit ?

A l’origine Réductil était un médicament présenté comme étant très efficace pour perdre du poids. Il avait à ce titre été commercialisé au Royaume-Uni dès 2001. Et au regard de différents témoignages, ce médicament remplissait apparemment toutes ses promesses. Les personnes ayant suivi un traitement avec Réductil semblaient être satisfaites et visiblement perdaient du poids. Alors que s’est-il passé ? Pourquoi Réductil est-il aujourd’hui interdit dans toute l’Union Européenne ? Nous vous expliquons tout.

Un succès considérable

Lorsque Réductil a donc été commercialisé en juillet 2001 au Royaume-Unis, le médicament était très populaire. Les résultats du traitement semblaient à première vue très bénéfiques. Réductil était devenu une aide fortement appréciée des personnes en surpoids ou obèses. Retour sur un médicament controversé…

Le principe actif du médicament, la sibutramine, agit directement sur le cerveau. Le Réductil va en effet diminuer l’appétit tout en transmettant une sensation de satiété. Le principe actif inhibe en effet la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline générérant ainsi une sensation de satiété et diminuant l’appétit des patients. Cet effet  va logiquement diminuer la prise alimentaire et donc contribuer à perdre du poids.

Mais dans la pratique, l’effet du Réductil n’est pas aussi formidable. En effet s’il est commercialisé dès 2001, dès 2002 ce médicament soulève des premiers doutes sur sa sécurité.

Effets secondaires dangereux

En réalité, dès sa commercialisation au niveau mondial et notamment sous le nom de Meridia aux Etats-Unis, les effets secondaires de son principe actif soulevaient déjà des inquiétudes.

Les effets secondaires en question incluaient ainsi douleurs thoraciques et tachycardie. Bouffées de chaleurs, bouche sèche, insomnie, sudation, céphalée, constipations étaient également à déplorer. Autrement dit des effets secondaires que l’on retrouve en réalité dans plusieurs médicaments. Cependant, s’ajoute encore une augmentation de la pression artérielle et des risques cardio vasculaires. Ce sont ces effets secondaires particulièrement dangereux qui ont mis le médicament à l’index.

Ainsi, dès le début de sa commercialisation plusieurs autorités de la santé dans différents pays ont exprimé leurs inquiétudes… mais Réductil a pourtant été commercialisé jusqu’en 2010.

Premiers décès et premières interdictions

Plutôt incroyable mais pourtant vrai. Dès 2002, des décès ont été imputé directement ou indirectement à l’utilisation de Réductil.

Ainsi l’Italie va suspendre temporairement sa commercialisation en mars 2002. Et pour cause, divers rapports mettant en évidence des réactions indésirées sévères sont recensées. Pire, deux décès sont enregistrés.

Même constat au Royaume-Unis. En 2002, le Ministère de la Santé va ainsi signaler que 200 personnes auraient elles aussi des réactions indésirées dont près de la moitié ont été qualifiées de « graves ». Et deux décès ont là encore été attribués indirectement au médicament : il y avait des problèmes médicaux sous-jacents.

En 2001 déjà, le Britain’s Drug and Therapeutics Bulletin  estimait que Réductil présentait des avantages limités et des effets secondaires néfastes.

Dans un tel contexte, l’Agence Européenne du Médicament (EMA) demande au Comité des médicaments à usage humain (ancienne Agence européenne pour l’évaluation des médicaments (EMEA) d’évaluer de nouveau l’efficacité et la sécurité de Réductil. Mais les conclusions de ce Comité, contredisent ce que met en évidence la réalité. Le Comité estime en effet que les avantages l’emportent toujours sur les risques. Autrement dit que le rapport bénéfice/risque reste favorable. Des effets secondaires sont bel et bien reconnus tels que par exemple un état dépressif ou encore des saignements inhabituels mais la commercialisation du médicament peut donc être prolongée.

Depuis la première mise en garde, soit depuis sa commercialisation et finalement l’interdiction de mise sur le marché, plus de 8 longues années se sont donc écoulées.

A l’origine de l’interdiction : l’étude SCOUT

La Sibutramine Cardiovascular Outcome Trial ou étude SCOUT a cherché à mettre en évidence les effets secondaires au niveau cardiovasculaire de la sibutramine sur le long terme.

Une étude d’envergure a ainsi été menée dans 16 pays différents, avec 10 000 patients, pendant 6 années. Les patients en surpoids présentant des risques cardiovasculaires suivaient un régime alimentaire spécifique, un programme d’exercices et suivait un traitement de sibutramine/placébo.

Résultat : les personnes ayant pris du sibutramine présentaient 16 % de risques supplémentaires de souffrir d’AVC et autres problèmes vasculaires (tels que crise cardiaque) en comparaison aux autres qui avaient pris des placebos.

Au regard de tels résultats, la commercialisation de Réductil a donc été interdite. En plus des dangers supplémentaires que représentent donc son utilisation sur la santé vasculaires de ses patients, l’efficacité du traitement aurait également été toute relative. Les autorités sanitaires ont ainsi estimé que le rapport bénéfice/ risque n’était plus favorable.

Les résultats de l’étude SCOUT ont tout de même été critiqué. En effet, les patients observés dans l’étude souffraient déjà de problèmes vasculaires. Or dans ce cas précis, la prescription de Réductil n’était pas recommandée. De plus la durée du traitement ne devait pas être supérieure à 12 mois. Or l’étude a porté sur 6 années. Beaucoup plus donc que la durée normale.

Malgré ces critiques, l’EMA a donc décidé de retirer les autorisations de commercialisation du fameux médicament. L’autorité a notamment mis en avant le fait que l’objectif du traitement est de faire perdre du poids à des personnes obèses ou en surpoids, public qui serait effectivement susceptible de souffrir de problèmes vasculaires. Mais ce qui a surtout motivé cette décision c’est un équilibre bénéfice/risque défavorable. La perte de poids a en effet été jugée modérée tandis que le traitement entraîne une augmentation des risques de souffrir de complications graves.

Gare aux contrefaçons !

Depuis 2010, la vente de Réductil est donc interdite dans toute l’Union Européenne. Par conséquent si un site vous offre ce genre de médicament, c’est qu’il s’agit de contrefaçon. Vous devez donc être particulièrement vigilent car un produit contrefait peut entraîner de graves conséquences pour la santé.

Si vous recherchez une aide efficace, sûre et approuvée, vous pouvez utiliser un autre médicament dont l’utilisation est reconnue : le Xenical (voir aussi Alli Orlistat).

Contenu vérifié et certifié le 02/08/2021 par Baillard Christian, Pharmacien basé en Île de France