Traitement hormonal substitutif

Traitement hormonal substitutif : Qu’est-ce que c’est ?

Plus connu sous le sigle médical de THS, le traitement hormonal substitutif, tout comme son l’indique, est un traitement ayant pour principale vocation de remplacer les hormones dont la production a cessé au moment de la ménopause. Il consiste ainsi à substituer les hormones sécrétées par les ovaires tout au long du cycle de la femme : d’une part les œstrogènes et d’autre part, la progestérone.

Dans le cadre du traitement hormonal susbitutif, on parle aussi de traitement hormonal de la ménopause.

Traitement hormonal substitutif : Pour qui ?

Bien que l’arrêt de la production des œstrogènes et de la progestérone cesse au moment de la ménopause chez les femmes, le traitement hormonal substitutif n’est pas systématiquement prescrit à toutes les femmes.

Il a deux principaux objectifs qui délimitent ainsi ses zones d’activités.

THS et ménopause

En premier lieu, le traitement hormonal substitutif a pour principale finalité de soulager et d’améliorer les symptômes causés par la ménopause. Il est donc recommandé aux femmes présentant des gênes et des symptômes sévères et invalidants. De nombreuses études ont d’ailleurs démontré son efficacité. Les gênes telles que les bouffées de chaleur, les douleurs articulaires, la sécheresse vaginale, la nervosité, le stress, les troubles du sommeil et la dépression sont considérablement soulagés chez 80% à 90% des femmes.

Quel que soit la forme du traitement utilisée : gel,  crème, patch, comprimé, etc. force est de constater que la substitution d’hormone améliore de manière considérable la qualité de vie des femmes avant et pendant la ménopause.

THS et l’ostéoporose

En second lieu, le traitement hormonal substitutif a pour principale finalité de prévenir sur le long terme l’apparition de maladies dues à la ménopause, spécifiquement l’ostéoporose et les maladies cardio-vasculaires. En effet, l’administration d’œstrogène associée à de la progestérone constitue la mesure la mesure la plus efficace contre les troubles climatériques, car non seulement elle en traite la cause, à savoir le déficit hormonal, mais aussi les effets secondaires et les risques d’une telle déficience.

Les traitements hormonaux substitutifs

On distingue deux principales formules de traitements hormonaux substitutifs.

Les traitements hormonaux à base d’estrogènes

Sous forme de comprimé pouvant être administré par voie orale ou encore de substance comme le gel ou de dispositif transdermique tel que le pactch, l’Estradiol est le traitement hormonal à base d’œstrogène le plus connu en France. En traitement de la ménopause, son utilisation est toujours associée à de la progestérone. Mais on peut aussi trouver d’autres traitements à base d’œstrogène par voie cutanée: Délidose, Dermestril, Estrapatch… ou par voie orale : progynova, Estrofem, Oromone…

Il existe aussi des oestrogènes sous forme de crème vaginale ou d’ovules : Florgynal, Gydrelle, Trophicrème, etc. Ces traitements hormonaux sont prescrits par les professionnels médicaux en cas de sécheresse vaginale résultant du déficit en œstrogène. Leurs rôles sont de prévenir l’assèchement des parois vaginales ainsi que la sensibilité aux infections ou à la douleur pendant les rapports sexuels.

Les doses prescrites dépendent de l’intensité des symptômes. En cas de persistance des bouffées de chaleur ou de la sécheresse vaginale, la dose d’œstrogène peut être augmentée progressivement. Par contre, en cas de constatations d’effets secondaires accrus, la dose doit être réduite.

Les traitements hormonaux à base de progestérone

Les traitements hormonaux à base de progestérone ont pour principal rôle de diminuer le risque d’apparition de cancer de l’endomètre chez les femmes ménopauses traitées sous œstrogènes. C’est pourquoi tout traitement hormonal substitutif doit obligatoirement œstrogène à la progestérone.   Ainsi, lors du cycle menstruel normal, la production de progestérone est naturelle avant les règles. Lors de la ménopause, on prescrit habituellement un progestatif : Chlormadinone Mylan, Colprone, Surgestone, Utrogestan, Lutéran, Menaelle, etc.

Par ailleurs, il existe plusieurs traitements hormonaux combinant œstrogène et progestatif : Activelle,  Angeliq, Climène, Divina, Duova, Naemis, etc. Ces traitements peuvent être pris de deux manières :

  • Traitement hormonal cyclique, c’est-à-dire que les deux hormones sont prises au cours de certains jours du mois.  Dans ce type de traitement, les règles surviendront tous les mois. 
  • Traitement hormonal continu. Les hormones sont prises tous les jours ce qui provoquant alors l’absence des règles. Cependant, il est possible de déclencher ces dernières au bout de quelques mois de traitement afin de prévenir l’épaississement de la paroi de l’utérus.

Date de mise à jour :