La calvitie féminine

Calvitie

Il est toujours difficile de voir sa tête se dégarnir –d’autant plus lorsqu’on est une femme ! Car avec plus de 2 millions de Françaises touchées, la calvitie n’épargne pas la gent féminine, chez qui la perte de cheveux est généralement diffuse sur toute la surface du crâne (alors que chez l’homme elle reste localisée au niveau du front, des tempes ou du sommet du crâne).

Si les répercussions psychologiques sont souvent douloureuses, des solutions existent pour remédier à la chute de cheveux.

La calvitie (ou alopécie) féminine est moins fréquente que chez les hommes, elle touche 1 femme sur 4 à un certain moment de leur vie, alors qu’une femme sur 5 souffre d’amincissement des cheveux.

Les origines de la calvitie féminine sont incertaines, on ne peut certifier que la calvitie féminine est héréditaire. Cependant, elle est souvent diagnostiquée chez des femmes ménopausées, peut-être parce qu’elles ont moins d’hormones femelles. 45% des femmes de plus de 50 ans seraient d’ailleurs touchées par l’alopécie.

Contrairement à la calvitie masculine qui débute généralement avec un front dégarni, la calvitie féminine commence généralement par un amincissement des cheveux sur tout le cuir chevelu, affectant ainsi l’ensemble de la tête.

Les causes les plus courantes de la calvitie chez la femme

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de l’alopécie féminine. S’il est normal de perdre un certain nombre de cheveux tous les jours, une chute supérieure à 100 est plus inquiétante. Les facteurs déclencheurs les plus courants sont :

  • des changements hormonaux (accouchement, ménopause)
  • une condition dermatologique (alopecia areata)
  • un état de stress chronique
  • des carences alimentaires

La calvitie féminine due à des changements hormonaux

La chute de cheveux après une grossesse

Il n’est pas rare de perdre ses cheveux après un accouchement. Bien qu’elle puisse inquiéter la jeune maman, cette alopécie post-partum est très courante.

La cause ? Une chute brutale du taux d’estrogènes après l’accouchement. C’est cette hormone qui fait que les cheveux ont l’air fournis, brillants et denses pendant la grossesse. Après l’accouchement, le taux d’estrogène revient à la normale. Résultat : tous les cheveux qui auraient dû tomber pendant ces neuf mois chutent brutalement, la raie du milieu s’élargit et l’ensemble de la chevelure semble plus fine et plus terne.

Si l’alopécie post-partum n’est pas un phénomène rare, elle n’en reste pas moins inquiétante, d’autant qu’elle se manifeste à une étape de la vie déjà stressante. Certaines femmes peuvent ainsi perdre 20 à 30% de leurs cheveux. Heureusement, ce type de calvitie n’est pas irréversible et dans la grande majorité des cas les cheveux finissent par repousser dans leur totalité au bout de quelques mois.

Pour favoriser la repousse, utilisez des lotions à base de vitamines et de quinquina rouge, connu pour stimuler la prolifération des cellules.

La calvitie chez la femme après la ménopause

Comme avec l’alopécie post-partum, la calvitie féminine qui se déclare après la ménopause est due à un changement hormonal. Là encore, c’est la chute du taux d’estrogènes qui est responsable.

Pour y remédier, des traitements anti-androgènes ou à base de Minoxidil pourront être administrés. Consultez votre médecin traitant sans tarder : il faut réagir le plus vite possible pour contrer la chute de cheveux au plus tôt.

La calvitie féminine due à une alopecia areata

L’alopecia areata est une maladie auto-immune rare comparable à la pelade. Elle se caractérise par une perte de cheveux par « plaque », les follicules étant attaqués par leurs propres anticorps.

Si dans certains cas les cheveux se remettent spontanément à pousser au bout de quelques semaines, il arrive que la chute de cheveux perdure et s’étende jusqu’à la perte totale de la pilosité sur l’ensemble du corps.

Les facteurs de risque sont : le profil génétique, le stress émotionnel ou encore une réaction immunitaire de certains organes.

Le traitement de la calvitie féminine

Minoxidil (nom commercial : Rogaine)

Il s’agit d’un traitement topique qui prend la forme d’une lotion à appliquer sur le cuir chevelu.  La plupart des femmes l’ayant utilisé constate une amélioration, notamment un arrêt ou un ralentissement de la calvitie, des cheveux plus épais et même fréquemment une repousse de cheveux.

Il est vendu en pharmacie sans ordonnance.

Avant de commencer ou terminer tout traitement relatif à l’alopécie, prenez contact avec un médecin généraliste ou un dermatologue pour qu’il puisse vous conseiller.

Ils pourront vous renseigner sur les origines potentielles de l’alopécie et sur les traitements disponibles et adéquats.

Utiliser le Minoxidil pour traiter l’alopécie requiert de la patience, les résultats notables n’apparaissent généralement qu’après 3 ou 4 mois et le produit doit être utilisé une fois par jour sans interruption.

Ce traitement a tendance à être plus efficace lorsqu’il est utilisé très tôt, dès les premiers signes de perte de cheveux. Un autre traitement célèbre contre la perte de cheveux est le Propecia. Les études cliniques ont montré que la grande majorité des personnes ayant utilisé le traitement pendant une durée minimum de 6 mois avaient constaté un arrêt de la perte de cheveux. Le traitement est très efficace, disponible sous prescription mais acheter Propecia n’est malheureusement pas possible pour les femmes, le traitement est en effet disponible que pour les hommes.

La ferritine

Les médecins peuvent aussi tester votre niveau de ferritine, une protéine chargée du stockage de fer dans l’organisme. Une étude récente suggère que les niveaux de ferritine seraient plus faibles chez les femmes souffrant de calvitie. Les compléments en fer pourraient donc être utiles dans le traitement de la calvitie féminine.

Les comprimés oraux

Dans certains cas, la calvitie féminine peut être d’origine hormonale, par exemple à cause d’un excès d’androgènes (hormones mâles). Un indice permet de savoir si les hormones ont un rôle à jouer dans l’alopécie, c’est lorsque la perte de cheveux ressemble à celle des hommes.

Une telle alopécie peut être traitée avec des médicaments prescrits sur ordonnance tels que la Spironolactone ou des contraceptifs oraux. Une étude a démontré que 62% des femmes prenant des contraceptifs oraux à base de Drospirénone (progestatif) ont constaté une amélioration.

Néanmoins, ce progestatif est nocif pour le fœtus de sexe masculin, il ne devrait donc pas être utilisé par les femmes songeant à la maternité.

La greffe de cheveux

Dans ce cas, de minuscules follicules pileux sont pris sur une zone du cuir chevelu où la croissance est active pour être transplanté sur les zones touchées par la calvitie.

Cette greffe peut s’avérer très efficace et produire des résultats d’apparence naturelle permanents. Néanmoins, elle présente des inconvénients : de potentielles cicatrices, parfois des infections.

A lire aussi sur Pharmassimo..

NuvaRing NuvaRing est un dispositif contraceptif offrant une parfaite alternative aux classiques pilules contraceptives. Vous trou...
IST Les IST : définitions, causes et manifestations De nos jours, les IST sont de plus en plus fréquentes,  particulièrement dans...
Acupan Composition et fonctionnement d’Acupan Acupan est un antalgique puissant sous la forme injectable qui agit sur le système...
Spray VigRX Le Spray VigRX est le nouveau produit de la marque VigRXTM, qui permet de lutter efficacement contre l’éjaculation précoce. ...
Doliprane Composition et fonctionnement Doliprane est un antalgique et un antipyrétique qui contient du paracétamol. Celui-ci a un ...
Cilest Le Cilest un oestroprogestatif fabriqué par les laboratoires Janssen Cilag. C’est un contraceptif combiné minidosé contenant ...

Article modifié le :

1 Comment

  1. les femmes sont quand même nettement moins affectées par la perte de cheveux que les hommes. Elles ont bien de la chance

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>