Mycose vaginale

Définitions

Les mycoses vaginales sont des affections fréquentes causées par la perturbation de l’écosystème vaginal. Causée par le champignon appelé « Candida Albicans », elle touche environ 20 % des femmes.

La muqueuse vaginale est un terrain favorable à la prolifération de bactéries. D’ailleurs, les lactobacilles y sont présents en grande quantité sans être pour autant nocifs. Bien au contraire, ils servent à favoriser l’acidification de la flore vaginale, et ce, en optimisant la production d’acide lactique, ce qui empêche le développement d’autres bactéries et de champignons dans la muqueuse.

Lorsque l’écosystème du vagin est perturbé, les bactéries lactiques ne peuvent plus se transformer le glycogène en acide lactique, ce qui laisse aux champignons le champ libre pour se développer d’où les symptômes.

Causes et facteurs de risque

La principale cause d’une mycose vaginale est l’infection au champignon Candida Albicans. Ces champignons s’attrapent généralement par :

  • Une mauvaise hygiène intime : la transmission des champignons de la région anale à la région vaginale ;
  • Le port de sous-vêtements synthétiques ;
  • Les rapports sexuels non-protégés ;
  • Une baignade dans les jacuzzis et les piscines mal entretenus et désinfectés.

Plusieurs facteurs peuvent provoquer la perturbation de l’écosystème vaginal :

L’hygiène intime

L’utilisation excessive de savons ou de produits pour la toilette intime peut modifier la flore vaginale ce qui ne lui permet plus d’assurer son rôle de protecteur.

La prise d’antibiotique

Dans le cadre d’un traitement antibiotique, les médicaments peuvent également combattre les bactéries lactiques se trouvant dans le vagin. En l’absence d’acide lactique, la muqueuse vaginale n’est plus protégée contre les levures qui peuvent se multiplier librement.

L’affaiblissement du système immunitaire

Si le système immunitaire de la femme se trouve momentanément affaibli, à cause d’une maladie ou d’une grossesse, il devient difficile pour la flore vaginale d’assurer son rôle. Cela explique pourquoi les femmes enceintes sont celles qui souffrent le plus de mycoses vaginales.

Les perturbations hormonales

L’écosystème vaginal peut également être perturbé en cas de changements hormonaux. Ces derniers peuvent être dus à la prise de pilule contraceptive, à la ménopause et au diabète.

Symptômes

La mycose vaginale ne se manifeste pas de la même manière chez toutes les femmes. Elles peuvent être intenses chez l’une et supportables chez l’autre, et certaines manifestations peuvent être observées chez certaines et absentes chez d’autres.

Dans tous les cas, l’affection se traduit généralement par :

  • Rougeurs, gonflements et démangeaisons au niveau des organes génitaux ;
  • Des sensations de brûlure pendant la miction (émission d’urines) ;
  • Pertes blanchâtres crémeuses et de mauvaises odeurs ;
  • Inflammation de la vulve et du vagin ;
  • Douleurs pelviennes.

Complications

La mycose vaginale n’est pas nocive et ses symptômes disparaissent d’eux-mêmes lorsque l’écosystème revient à la normale. Lorsqu’elle n’est pas traitée néanmoins, elle peut contaminer le compagnon. Les champignons peuvent effectivement infecter les hommes, mais la plupart du temps, l’infection est asymptomatique. La contamination n’est décelée que lorsqu’il y a récidive régulière chez la femme. Voilà pourquoi, il est également nécessaire de traiter le conjoint.

Traitements contre les mycoses vaginales

Le traitement local

La mycose vaginale est traitée par des antifungiques sous la forme d’ovules ou de capsules que l’on dépose directement dans le vagin. Si l’infection a provoqué une vulvite, la patiente devra également utiliser une crème antifongique à application locale.

L’affection peut être traitée par comprimés néanmoins, ce type de traitement n’est prescrit que lorsque la mycose est réellement grave ou lorsque la patiente est immunodéprimée.

À noter que pour minimiser les risques de récidive, il est indispensable de respecter la durée du traitement, et ce, même si tous les symptômes ont disparu bien avant la fin de celui-ci.

Les gestes préventifs

Le risque de récidive n’est pas nul, aussi, des traitements préventifs pourront également être prescrits tels que :

  • L’adoption d’une alimentation saine et équilibrée afin de renforcer le système immunitaire ;
  • L’adoption d’une bonne hygiène après l’émission de selles : d’avant en arrière ;
  • L’utilisation de savons spéciaux, adaptés à la prévention de la mycose génitale ;
  • Le port de sous-vêtements et de lingeries en coton ;
  • La pratique de rapports sexuels protégés ;
  • La prise d’antibiotiques modérée ;
  • L’usage de protège-slips.

A lire aussi sur Pharmassimo..

Paludisme Définitions Le Paludisme est la maladie parasitaire la plus répandue au monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé,...
Rhinite allergique Définition Communément connue dans le milieu médical comme étant la rhinite ou la conjonctivite, la rhinite allergique es...
Calvitie Tout savoir sur la Calvitie masculine Encore appelée Alopécie, la calvitie est une anomalie caractérisée par la chut...
Mentions légales Merci de lire attentivement les présentes modalités d’utilisation du présent site avant de le parcourir. En vous connectant s...
Maux de gorge Définitions Faisant partie des motifs de consultations médicales les plus fréquents, le mal de gorge n’est pas une maladi...
Agrandir son pénis naturellement Il vous arrive de vous poser la question de savoir les moyens pour grossir votre pénis, mais avez-vous envisagé qu’on puisse ...

Date de mise à jour :

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>