L’hémorroïde est un mal qui touche environ 50% de la population adulte de plus de 50 ans. C’est une manifestation bénigne la plupart du temps, qui se caractérise par une dilatation des veines autour de l’anus et du rectum. Si elle n’a généralement pas grande incidence sur la santé, elle demeure quand même très inconfortable pour le patient.

Qu’appelle-t-on hémorroïdes ?

On parle d’hémorroïde lorsque les veines se dilatent et forment des d’anneaux juste en bas de la muqueuse rectale près de l’anus. Ainsi, les canaux situés au bout des intestins se gonflent et bouchent hermétiquement l’entrée de l’anus.

Chez le patient, les hémorroïdes sont caractérisées par des  inflammations, des irritations et démangeaisons au niveau de l’anus, avec des selles accentuées par des douleurs parfois atroces. Touchant plusieurs millions de personnes à travers le monde, les hémorroïdes peuvent être efficacement soignées  si vous optez pour un bon traitement. Mieux, elles peuvent disparaitre en quelques jours seulement, sans que vous n’ayez besoin de consulter un médecin. Certes, dans certains cas, il est primordial que le patient fasse recours à un Docteur, mais la plupart du temps, vous pouvez très bien vous en sortir grâce à quelques mesures de précaution.

Si les hémorroïdes sont d’origine héréditaire, elles surviennent par le biais d’une alimentation pauvre en fibres, trop épicées et une mauvaise digestion. Aussi, une position assise prolongée est un facteur qui favorise cette maladie. Les personnes privilégiant les pénétrations anales sont par ailleurs plus susceptibles de contracter des hémorroïdes.

Les hémorroïdes sont de deux sortes : internes et externes. Certes, la douleur ne se ressent pas à tous les coups, mais vous ne manquerez pas de remarquer une  hémorroïde dès qu’elle survient. Elles se manifestent par des saignements au moment des selles, les irritations, la lourdeur et parfois de la douleur. Si c’est une hémorroïde interne, on remarque une tension de la zone extérieure de l’anus, qui devient douloureuse notamment à chaque selle. Dans le cas d’une hémorroïde externe,  les marques sont plus visibles et se caractérisent par des bourrelets rouges.

Les hémorroïdes peuvent être à l’origine d’une thrombose hémorroïdaire, dans les cas les plus graves. Cela est dû au fait qu’il se forme un caillot de sang au cœur du mal. Dans ce cas, le patient ressent assez de douleurs, que ce caillot de sang soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus. Certes, il n’y a pas grand danger, mais cette situation augmente l’inconfort du patient, et il urge de trouver une solution adéquate.

Certains privilégient les méthodes naturelles, d’autres préfèrent les traitements médicaux ou encore la chirurgie. Sachez toutefois, qu’il existe une panoplie de moyens pour venir à bout d’une crise hémorroïdaire.

Encore appelées varices anales, les hémorroïdes se présentent sous deux formes : les hémorroïdes internes et les hémorroïdes externes.

Les hémorroïdes internes sont ceux qui se forment à l’intérieur du rectum. Apparemment, le patient ne remarque pas grand chose, si ce n’est qu’il en subit les manifestations. Les hémorroïdes internes sont visibles à l’aide d’une anuscopie.

En revanche celles externes sont bien visibles au niveau de l’anus. Elles se caractérisent par une dilatation de l’anus, et forment des bourrelets rouges, qui deviennent bleues en cas thrombose hémorroïdaire. Dans les deux cas d’hémorroïdes, le patient peut ressentir des douleurs, subir des irritations et constater des saignements durant les selles.

Combien de temps dure une crise hémorroïdaire ?

Cette durée varie en fonction du patient. Néanmoins, on l’estime à quelques jours selon le type d’hémorroïde.

Les hémorroïdes chroniques

On parle d’hémorroïdes chroniques lorsque le patient subit par moment, mais de façon régulière les hémorroïdes internes. Que leur disparition temporaire soit naturelle ou due aux traitements médicaux, ces hémorroïdes réapparaissent peu de temps après, souvent en raison de l’héritage génétique du patient.

Si vous vous retrouvez dans ce cas, vous devez veiller à une alimentation saine et riche en fibres, qui favorisent une bonne digestion.

Les hémorroïdes internes

Elles ne pas visibles, mais se caractérisent par des démangeaisons, des brulures, une lourdeur et un durcissement de la peau au niveau de la zone anale. Le patient ayant une hémorroïde interne ressent des douleurs, mais le mal ne dure généralement pas une semaine.

Les hémorroïdes externes

Elles durent plus longtemps que les hémorroïdes internes et se caractérisent par des petits bourrelets à l’extérieur de l’anus. Dans le cas d’une thrombose hémorroïdaire, on remarque aussi des caillots de sang. Ici, le patient supporte une douleur d’environ 10 jours, parfois moins si la crise est bien traitée.

Les causes des hémorroïdes

Plusieurs causes justifient l’apparition de crises hémorroïdaires. Qu’elles soient internes ou externes, on retrouve des facteurs tels que :

  • Les positions assises durables
  • La pratique de certaines activités telles que le vélo et les courses/balades à chevaux
  • L’accouchement par procédé naturel
  • Un état de constipation permanente
  • L’utilisation fréquente des contraceptifs oraux
  • La consommation excessive d’alcool, d’épices et de café
  • Le surpoids
  • La grossesse
  • L’alimentation pauvre en fibres

Manifestations des hémorroïdes

Les manifestations de l’hémorroïde chez le patient diffèrent selon le type de crise. Pour les hémorroïdes internes, on remarque :

  • Des saignements au moment des selles
  • Des inflammations et irritations dans la zone anale
  • Des douleurs dans la paroi interne de l’anus
  • Des sensations d’inconfort

Si vous remarquez ces manifestions, il s’agit d’une hémorroïde interne. Vous devez envisager consulter un Docteur.

En ce qui concerne les hémorroïdes externes, le patient remarque :

  • Une inflammation au niveau de la zone anale
  • Des irritations et douleurs
  • Des sensations de brulure
  • Un prolapsus
  • Des sensations d’inconfort

Les moyens de préventions d’une crise hémorroïdaire

Pour éviter d’avoir à subir les symptômes de l’hémorroïde, quelques mesures de précautions sont à prendre. Entre autres, on retient :

  • La bonne hygiène anale
  • Les selles fréquentes et régulières, pour éviter leur durcissement
  • La pratique des activités tels que le jogging, la randonnée, la natation ou encore la gymnastique.
  • L’alimentation riche en fibre et dominée par des produits complets avec fruits frais et légumes.
  • L’assise limitée sur les sièges de toilettes pour éviter de freiner l’irrigation sanguine dans la zone anale.
  • Le port de charges légères plutôt que celles lourdes
  • La consommation limitée de viande, alcool, café et thé
  • La consommation d’environ 2 litres d’eau par jour

Si vous tenez compte de ces mesures de précaution,  vous subirez de moins en moins de crises hémorroïdaires.

Les manifestations d’une crise hémorroïdaire

Que l’hémorroïde soit interne ou externe, il se manifeste de plusieurs manières que sont :

  • La douleur : en allant à la selle, vous ressentirez des douleurs et des brulures. Si ces douleurs sont persistantes, elles peuvent aussi être des manifestations d’un abcès ou d’une thrombose.
  • Des saignements : durant les selles ou après, l’apparition du sang est le signe d’une hémorroïde. La plupart du temps, ces saignements sont légers et remarquables sur le papier hygiénique. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils doivent être pris à la légère, car ils peuvent être les conséquences d’une pathologie plus grave. Vous devez donc voir un médecin
  • Des inflammations : elles constituent des manifestations d’une crise hémorroïdaire externe.
  • Des écoulements du mucus via l’anus : ils peuvent être de couleur rouge ou rosâtre et nécessitent que vous consultiez le médecin, en raison de la possibilité d’une pathologie plus sévère
  • La présence d’une boule anale : elle se fait ressentir lors de la défécation, lorsque vous faites des efforts, ou de façon persistance. La plupart du temps, ce sont des hémorroïdes internes qui s’extériorisent. Il faudra un examen du Spécialiste de santé pour en déterminer la nature exacte. Si ce sont des hémorroïdes internes de niveau I, ils forment une saillie dans le rectum lorsque vous essayez de déféquer, sans pour autant sortir. Au Niveau II, ils sortent durant les selles, mais rentrent après d’elles-mêmes. Mais au niveau III, vous aurez besoin de vos doigts, pour les faire rentrer. Le Niveau IV se manifeste par leur sortie de façon permanente.

Les traitements qui soignent les hémorroïdes

En cas d’hémorroïdes internes ou externes, il y a plusieurs traitements adaptés qui favorisent le soulagement rapide du mal. Néanmoins, il est nécessaire que le diagnostic les définisse d’abord comme étant telles.

Les médicaments qui soignent l’hémorroïde

Ils sont nombreux et permettent de stopper, ou de réduire considérablement les manifestations de la crise hémorroïdaire telles que les irritations, inflammations et des douleurs. Parmi les principaux, on distingue :

  • Proctofoam

C’est une mousse rectale, constituée d’un corticostéroïde et d’un anesthésique. Il est disponible sous ordonnance médicale et aide à calmer assez vite les symptômes de la crise hémorroïdaire. Très utilisé, Proctofoam est d’une efficacité recommandable.

La posologie habituelle est de 2 à 4 applications par jour, idéalement après les selles. La durée de traitement ne peut aller au-delà de 7 jours.

  • Hémorroïdes : causes, manifestations et solutions Les manifestations d’une crise hémorroïdaireQue l’hémorroïde soit interne ou externe, il se manifeste de plusieurs manières que sont :
    • La douleur : en allant à la selle, vous ressentirez des douleurs et des brulures. Si ces douleurs sont persistantes, elles peuvent aussi être des manifestations d’un abcès ou d’une thrombose.

Des saignements : durant les selles ou après, l’apparition du sang est le signe d’une hémorroïde. La plupart du temps, ces saignements sont légers et remarquables sur le papier hygiénique. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils doivent être pris à la légère, car ils peuvent être les conséquences d’une pathologie plus grave. Vous devez donc voir un médecin

      • Des inflammations : elles constituent des manifestations d’une crise hémorroïdaire externe.
      • Des écoulements du mucus via l’anus : ils peuvent être de couleur rouge ou rosâtre et nécessitent que vous consultiez le médecin, en raison de la possibilité d’une pathologie plus sévère
      • La présence d’une boule anale : elle se fait ressentir lors de la défécation, lorsque vous faites des efforts, ou de façon persistance. La plupart du temps, ce sont des hémorroïdes internes qui s’extériorisent. Il faudra un examen du Spécialiste de santé pour en déterminer la nature exacte. Si ce sont des hémorroïdes internes de niveau I, ils forment une saillie dans le rectum lorsque vous essayez de déféquer, sans pour autant sortir. Au Niveau II, ils sortent durant les selles, mais rentrent après d’elles-mêmes. Mais au niveau III, vous aurez besoin de vos doigts, pour les faire rentrer. Le Niveau IV se manifeste par leur sortie de façon permanente.
    • Les traitements qui soignent les hémorroïdes

       

    • En cas d’hémorroïdes internes ou externes, il y a plusieurs traitements adaptés qui favorisent le soulagement rapide du mal. Néanmoins, il est nécessaire que le diagnostic les définisse d’abord comme étant telles.

      Les médicaments qui soignent l’hémorroïde

      Ils sont nombreux et permettent de stopper, ou de réduire considérablement les manifestations de la crise hémorroïdaire telles que les irritations, inflammations et des douleurs. Parmi les principaux, on distingue :

      • Proctofoam

      C’est une mousse rectale, constituée d’un corticostéroïde et d’un anesthésique. Il est disponible sous ordonnance médicale et aide à calmer assez vite les symptômes de la crise hémorroïdaire. Très utilisé, Proctofoam est d’une efficacité recommandable.

      La posologie habituelle est de 2 à 4 applications par jour, idéalement après les selles. La durée de traitement ne peut aller au-delà de 7 jours.

      • Anugésic HC

      Pour les crises engendrant de fortes douleurs, la crème Anugésic est celle qui est recommandée. Grâce à ses principes actifs, non seulement elle apaise les douleurs, inflammations et irritations, mais elle répare également la partie de la peau ayant subi des dégâts.

      La posologie habituelle est de 2 applications par jour, dont chaque matin et soir, idéalement après les selles. La durée de traitement maximum est de 7 jours.

      • Anusol

      Très célèbre, Anusol est vendue sous forme de pommade et de suppositoires. Si les médecins le prescrivent autant, c’est en raison de son efficacité dans le soulagement rapide des symptômes des hémorroïdes, notamment grâce à ses propriétés antiseptiques.

      La posologie habituelle est de 2 administrations par jour, idéalement chaque matin et soir après les selles. La durée maximale de traitement est d’une semaine.

      • Proctosedyl

      Disponible sous forme de crème et de suppositoires, Proctosedyl est composé de deux ingrédients actifs, qui agissent de concert pour vite calmer les douleurs, inflammations, irritations et autres gênes liés à la crise hémorroïdaire interne et externe. Si vous avez affaire à une hémorroïde interne, un applicateur est vendu avec la crème pour faciliter l’administration.

      • Scheriproct (Deliproct)

      Egalement vendue sous forme de pommade et de suppositoires,  Scheriproct vise aussi à soulager des symptômes des hémorroïdes. C’est un médicament ayant démontré son efficacité. Il est uniquement vendu sous ordonnance médicale.

      • Ultraproct

      Aussi vendue sous prescription médicale, vous aurez le choix entre la pommade et les suppositoires. Vous ressentiez une amélioration dès les premières administrations de ce traitement. Les manifestations de la crise hémorroïdaire s’estompent progressivement.

      • Xyloproct

      Très efficace dans le soulagement de la douleur et des autres gênes relatifs aux hémorroïdes, Xyloproct est uniquement vendu sous prescription médicale. Le traitement agit dès les premières utilisations.

      Les traitements instrumentaux des hémorroïdes

      Ils sont au nombre de 5 et se font de loin par rapport à la crise, qu’elle soit inflammatoire ou congestive. On retient :

      • Des injections sclérosantes

      C’est l’administration d’un produit sclérosant dans la sous-muqueuse, au dessus des hémorroïdes. Si malgré cette injection, les hémorroïdes resurgissent, vous devez alors vous orienter vers un autre traitement.

      • La photocoagulation

      C’est une coagulation vasculaire que l’on effectue avec une sonde infrarouge. Elle a également pour conséquence une sclérose sous-muqueuse, localisée au dessus de la zone hémorroïdaire.

      • Le laser

      C’est le dégagement des hémorroïdes grâce un faisceau de lumière. Grâce à cette technique, l’on arrive à extraire les hémorroïdes internes difficiles à repérer à l’œil nu.

      Elles consistent à extraire la muqueuse grâce à un anneau élastique que l’on met sous les hémorroïdes. C’est une mini hémorroïdectomie que l’on effectue en cas d’échec des injections sclérosantes. C’est aussi une technique que l’on essaie avant de recourir, s’il y a lieu, à la chirurgie.

    • La cryothérapie

Très employée, la cryothérapie est une technique qui vise à congeler le tissu hémorroïdaire afin de provoquer sa destruction par le biais d’une sonde. Cette sonde contient du protoxyde d’azote.

La chirurgie

C’est quasiment le dernier recours en matière de traitement hémorroïdaire. On y recoure notamment  lorsqu’on a essayé en vain les médicaments et les traitements instrumentaux sans succès. Elle est aussi proposée lorsque les dégâts causés par la crise sont majeurs, ou s’il y a des risques de thrombose.

Les méthodes de prévention d’une crise hémorroïdaire

Très souvent, les hémorroïdes trouvent leur origine dans votre mode de vie. La principale cause est la constipation. Pour la prévenir, il est important d’insérer dans votre alimentation les fruits frais, légumes et légumineuses. Il est recommandé de consommer assez de fibres, et d’éviter trop de graisses, sels et épices.

Si vous êtes permanemment en proie à la constipation, vous devez vous éloigner du thé, de l’alcool, du café et de la viande. Il est également préconisé de boire au minimum 1,5L d’eau par jour et de faire assez d’exercices physiques et sportifs. Par ailleurs, limitez votre position assise que ce soit aux toilettes ou non. Evitez aussi les charges trop pesantes. Ainsi, vous pourrez éviter de subir fréquemment une crise hémorroïdaire.

A quel moment prendre rendez-vous chez le médecin ?

La prise de rendez-vous chez un Docteur se fait dès que vus remarquez un ou plusieurs manifestations des hémorroïdes. Cela peut être des saignements, ou des douleurs, irritations ou le tout ensemble. Ce sont des manifestations à prendre au sérieux.

Parfois, les mêmes manifestations peuvent avoir trait à d’autres pathologies que les hémorroïdes. En connaitre les causes peut donc vous épargner des conséquences plus graves.

S’il s’agit des hémorroïdes, il est aussi nécessaire que vous consultiez le médecin pour vous soulager. Certes, il n’est pas aisé de voir le Spécialiste de santé concernant ses hémorroïdes, mais l’inconfort engendré au quotidien peut considérablement porter atteinte à vos activités. En consultant le médecin, celui-ci pourra vous prescrire un traitement pour soulager des douleurs, calmer l’inflammation, et même favoriser la guérison.

Les crises hémorroïdaires chez les femmes enceintes

Les gens ne s’en rendent pas souvent compte, mais les crises hémorroïdaires sont fréquentes chez la femme enceinte. Cela s’explique par le fait que l’utérus de la femme enceinte, grossit dès la fin du second trimestre. Cette prise de volume engendre des pressions qui se prolongent vers le rectum et la zone anale.

Aussi, l’utérus resserre les veines de l’abdomen, ce qui entrave la circulation sanguine. Cela donne plus de possibilité à l’apparition des hémorroïdes. La bonne nouvelle est que le bébé n’aura rien à craindre.

Néanmoins, vous devez prendre des précautions en tant que femmes enceintes, pour éviter de trop subir les désagréments de la  crise hémorroïdaire. Cela passe par une bonne alimentation qui limite au maximum la constipation.

Il existe également des traitements pour vous soulager des hémorroïdes, si elles apparaissaient. Le médecin peut vous indiquer une pommade pour calmer les douleurs, inflammations et les irritations. Gardez à l’esprit que vous ne devez jamais choisir un traitement sans l’accord de votre médecin ou pharmacien.

L’évolution d’une crise hémorroïdaire non traitée

Il y a des hémorroïdes bénignes, qui disparaissent sans que vous n’ayez besoin d’aucun traitement. C’est pour cela que la plupart des patients, lors d’une récidive, ne font rien pour la soigner à nouveau, en espérant que le mal s’estompe de lui-même. Mais c’est une attitude à risque, qui pourrait très bien tourner au cauchemar.

Des hémorroïdes mal soignées, ou non soignée du tout peuvent engendrer des thromboses hémorroïdaires externes. Une thrombose est un caillot qui se forme au fond d’une veine hémorroïdaire. Il se forme alors une boule, provoquant ainsi des douleurs très fortes. Pour vous en soulager, le médecin sera alors obligé d’inciser la boule pour extraire le caillot.

Si donc, vous ne traitez pas bien les hémorroïdes internes, elles entrainent une thrombose, de par leur gonflement excessif. Aussi, elles peuvent se muer vers la sortie, provoquant ainsi la nécessité impérative d’une opération chirurgicale, avec son lot de douleurs et de gênes postopératoires.

Par ailleurs, en ignorant une crise hémorroïdaire, les saignements peuvent alors devenir permanents, provoquant ainsi une anémie, la fatigue et des essoufflements.

Le diagnostic d’une crise hémorroïdaire : comment ça marche ?

Une crise hémorroïdaire se caractérise très souvent par des brulures au moment des selles, des irritations, des saignements et douleurs. Si vous constatez ces manifestations, il y a une grande probabilité qu’il s’agisse des hémorroïdes.

Habituellement, elle est sans grand danger, mais vous devez d’abord connaitre la nature exacte de la pathologie dont vous souffrez pour savoir l’attitude à adopter. Il est donc nécessaire de prendre rendez-vous chez le médecin. Cette étape peut susciter des doutes et interrogations à votre niveau. Voici donc un résumé du processus médical :

      • Les questions du médecin en vue d’établir le diagnostic : elles seront relatives aux symptômes que vous ressentez et à votre mode de vie en général. le médecin essayera de connaitre l’essentiel de votre alimentation, des exercices physiques que vous effectuez, votre poids ainsi que la durée de vos assises en général. Cela lui permettra de vous indiquer la marche à suivre pour être vite soulagé et également vous épargner des crises futures. Pour des analyses plus approfondies, le médecin généraliste peut vous orienter vers un gastro-entérologue /proctologue.
      • La pratique de l’anuscopie : c’est un examen qui consiste à déterminer exactement la zone anale touchée par la pathologie. Elle est pratiquée dans l’objectif d’établir un diagnostic plus précis. Pour la pratiquer, une crème sera induite dans la zone anale, afin de faciliter l’insertion de l’anuscope dans le rectum. Ce n’est pas douloureux, car ce sera comme si vous introduisez un suppositoire.

 

  • Quelques recommandations concernant les crises hémorroïdaires

    Pour atténuer les douleurs liées aux crises hémorroïdaires ou pour prévenir leur apparition tout simplement, nous vous recommandons quelques techniques.

Les bains de siège

  • Ils sont plus pratiqués pour réduire les manifestations de la crise hémorroïdaire, c’est-à-dire qu’ils aident à réduire les douleurs, démangeaisons et inflammations. Ici, nous vous recommandons le bain de siège à l’eau chaude avec de la fleur de camomille, une recette de grand-mère, reconnue pour être un anti-inflammatoire efficace. Si vos subissez une crise hémorroïdaire, offrez-vous ce bain de siège pour atténuer assez vite les symptômes.

Les sacs de glace

  • Les sacs de glace, compresses d’eau ou une serviette contenant des glaçons servent à réduire les inflammations liées à une crise hémorroïdaire. Il suffit de les poser sur la zone durant 10min.

Le savon doux

  • Pour faciliter l’apaisement et la disparition des symptômes, il est recommandé de bien nettoyer la région anale, notamment avant chaque administration de pommade et de suppositoires. Pour ce faire, utilisez un savon doux plutôt qu’un gel de douche. Pour le nettoyage privilégiez aussi une serviette douce et propre ou un sèche-cheveux, qui est d’ailleurs très recommandée dans ce cas.

Les traitements naturels

  • Utilisés en suppléments aux traitements médicamenteux, ils favorisent une guérison rapide. Par exemple, vous pouvez faire un bain de siège avec la tisane d’hamamélis pour un soulagement rapide des douleurs et inflammations.

Evitez les assisses prolongées aux toilettes

  • En étant assise aux toilettes, la position provoque une contraction plus forte de la zone anale, ce qui est favorable aux crises hémorroïdaires. Ne durez donc pas aux toilettes plus qu’il n’en faut.

Limitez l’usage du papier toilette

  • Pour limiter les crises hémorroïdaires, il est recommandé l’usage de l’eau plutôt que du papier toilette. En dehors de chez vous, priorisez des lingettes pour bébé.

Priorisez une alimentation riche en fibres et buvez assez d’eau

  • Les spécialistes recommandent minimum 1,5L d’eau de façon quotidienne pour hydrater l’organisme et vous alléger. A cela, il faut également ajouter la consommation de fibres pour améliorer le transit intestinal et éviter la constipation, source majeure des hémorroïdes.Toutes ces recommandations s’inscrivent dans le cadre du soulagement rapide des symptômes des hémorroïdes, ainsi que de la prévention des crises futures.

Les ligatures élastiques

Pour les crises engendrant de fortes douleurs, la crème Anugésic est celle qui est recommandée. Grâce à ses principes actifs, non seulement elle apaise les douleurs, inflammations et irritations, mais elle répare également la partie de la peau ayant subi des dégâts.

La posologie habituelle est de 2 applications par jour, dont chaque matin et soir, idéalement après les selles. La durée de traitement maximum est de 7 jours.

Anusol

Très célèbre, Anusol est vendue sous forme de pommade et de suppositoires. Si les médecins le prescrivent autant, c’est en raison de son efficacité dans le soulagement rapide des symptômes des hémorroïdes, notamment grâce à ses propriétés antiseptiques.

La posologie habituelle est de 2 administrations par jour, idéalement chaque matin et soir après les selles. La durée maximale de traitement est d’une semaine.

Proctosedyl

Disponible sous forme de crème et de suppositoires, Proctosedyl est composé de deux ingrédients actifs, qui agissent de concert pour vite calmer les douleurs, inflammations, irritations et autres gênes liés à la crise hémorroïdaire interne et externe. Si vous avez affaire à une hémorroïde interne, un applicateur est vendu avec la crème pour faciliter l’administration.

Scheriproct (Deliproct)

Egalement vendue sous forme de pommade et de suppositoires,  ce traitement vise aussi à soulager des symptômes des hémorroïdes. C’est un médicament ayant démontré son efficacité. Il est uniquement vendu sous ordonnance médicale.

Ultraproct

Aussi vendue sous prescription médicale, vous aurez le choix entre la pommade et les suppositoires. Vous ressentiez une amélioration dès les premières administrations de ce traitement. Les manifestations de la crise hémorroïdaire s’estompent progressivement.

Xyloproct

Très efficace dans le soulagement de la douleur et des autres gênes relatifs aux hémorroïdes, Xyloproct est uniquement vendu sous prescription médicale. Le traitement agit dès les premières utilisations.

Les traitements instrumentaux des hémorroïdes

Ils sont au nombre de 5 et se font de loin par rapport à la crise, qu’elle soit inflammatoire ou congestive. On retient :

Des injections sclérosantes

C’est l’administration d’un produit sclérosant dans la sous-muqueuse, au dessus des hémorroïdes. Si malgré cette injection, les hémorroïdes resurgissent, vous devez alors vous orienter vers un autre traitement.

La photocoagulation

C’est une coagulation vasculaire que l’on effectue avec une sonde infrarouge. Elle a également pour conséquence une sclérose sous-muqueuse, localisée au dessus de la zone hémorroïdaire.

Le laser

C’est le dégagement des hémorroïdes grâce un faisceau de lumière. Grâce à cette technique, l’on arrive à extraire les hémorroïdes internes difficiles à repérer à l’œil nu.

Les ligatures élastiques

Elles consistent à extraire la muqueuse grâce à un anneau élastique que l’on met sous les hémorroïdes. C’est une mini hémorroïdectomie que l’on effectue en cas d’échec des injections sclérosantes. C’est aussi une technique que l’on essaie avant de recourir, s’il y a lieu, à la chirurgie.

La cryothérapie

Très employée, la cryothérapie est une technique qui vise à congeler le tissu hémorroïdaire afin de provoquer sa destruction par le biais d’une sonde. Cette sonde contient du protoxyde d’azote.

La chirurgie

C’est quasiment le dernier recours en matière de traitement hémorroïdaire. On y recoure notamment  lorsqu’on a essayé en vain les médicaments et les traitements instrumentaux sans succès. Elle est aussi proposée lorsque les dégâts causés par la crise sont majeurs, ou s’il y a des risques de thrombose.

Les méthodes de prévention d’une crise hémorroïdaire

Très souvent, les hémorroïdes trouvent leur origine dans votre mode de vie. La principale cause est la constipation. Pour la prévenir, il est important d’insérer dans votre alimentation les fruits frais, légumes et légumineuses. Il est recommandé de consommer assez de fibres, et d’éviter trop de graisses, sels et épices.

Si vous êtes permanemment en proie à la constipation, vous devez vous éloigner du thé, de l’alcool, du café et de la viande. Il est également préconisé de boire au minimum 1,5L d’eau par jour et de faire assez d’exercices physiques et sportifs. Par ailleurs, limitez votre position assise que ce soit aux toilettes ou non. Evitez aussi les charges trop pesantes. Ainsi, vous pourrez éviter de subir fréquemment une crise hémorroïdaire.

A quel moment prendre rendez-vous chez le médecin ?

La prise de rendez-vous chez un Docteur se fait dès que vus remarquez un ou plusieurs manifestations des hémorroïdes. Cela peut être des saignements, ou des douleurs, irritations ou le tout ensemble. Ce sont des manifestations à prendre au sérieux.

Parfois, les mêmes manifestations peuvent avoir trait à d’autres pathologies que les hémorroïdes. En connaitre les causes peut donc vous épargner des conséquences plus graves.

S’il s’agit des hémorroïdes, il est aussi nécessaire que vous consultiez le médecin pour vous soulager. Certes, il n’est pas aisé de voir le Spécialiste de santé concernant ses hémorroïdes, mais l’inconfort engendré au quotidien peut considérablement porter atteinte à vos activités. En consultant le médecin, celui-ci pourra vous prescrire un traitement pour soulager des douleurs, calmer l’inflammation, et même favoriser la guérison.

Les crises hémorroïdaires chez les femmes enceintes

Les gens ne s’en rendent pas souvent compte, mais les crises hémorroïdaires sont fréquentes chez la femme enceinte. Cela s’explique par le fait que l’utérus de la femme enceinte, grossit dès la fin du second trimestre. Cette prise de volume engendre des pressions qui se prolongent vers le rectum et la zone anale.

Aussi, l’utérus resserre les veines de l’abdomen, ce qui entrave la circulation sanguine. Cela donne plus de possibilité à l’apparition des hémorroïdes. La bonne nouvelle est que le bébé n’aura rien à craindre.

Néanmoins, vous devez prendre des précautions en tant que femmes enceintes, pour éviter de trop subir les désagréments de la  crise hémorroïdaire. Cela passe par une bonne alimentation qui limite au maximum la constipation.

Il existe également des traitements pour vous soulager des hémorroïdes, si elles apparaissaient. Le médecin peut vous indiquer une pommade pour calmer les douleurs, inflammations et les irritations. Gardez à l’esprit que vous ne devez jamais choisir un traitement sans l’accord de votre médecin ou pharmacien.

L’évolution d’une crise hémorroïdaire non traitée

Il y a des hémorroïdes bénignes, qui disparaissent sans que vous n’ayez besoin d’aucun traitement. C’est pour cela que la plupart des patients, lors d’une récidive, ne font rien pour la soigner à nouveau, en espérant que le mal s’estompe de lui-même. Mais c’est une attitude à risque, qui pourrait très bien tourner au cauchemar.

Des hémorroïdes mal soignées, ou non soignée du tout peuvent engendrer des thromboses hémorroïdaires externes. Une thrombose est un caillot qui se forme au fond d’une veine hémorroïdaire. Il se forme alors une boule, provoquant ainsi des douleurs très fortes. Pour vous en soulager, le médecin sera alors obligé d’inciser la boule pour extraire le caillot.

Si donc, vous ne traitez pas bien les hémorroïdes internes, elles entrainent une thrombose, de par leur gonflement excessif. Aussi, elles peuvent se muer vers la sortie, provoquant ainsi la nécessité impérative d’une opération chirurgicale, avec son lot de douleurs et de gênes postopératoires.

Par ailleurs, en ignorant une crise hémorroïdaire, les saignements peuvent alors devenir permanents, provoquant ainsi une anémie, la fatigue et des essoufflements.

Le diagnostic d’une crise hémorroïdaire : comment ça marche ?

Une crise hémorroïdaire se caractérise très souvent par des brulures au moment des selles, des irritations, des saignements et douleurs. Si vous constatez ces manifestations, il y a une grande probabilité qu’il s’agisse des hémorroïdes.

Habituellement, elle est sans grand danger, mais vous devez d’abord connaitre la nature exacte de la pathologie dont vous souffrez pour savoir l’attitude à adopter. Il est donc nécessaire de prendre rendez-vous chez le médecin. Cette étape peut susciter des doutes et interrogations à votre niveau. Voici donc un résumé du processus médical :

  • Les questions du médecin en vue d’établir le diagnostic : elles seront relatives aux symptômes que vous ressentez et à votre mode de vie en général. le médecin essayera de connaitre l’essentiel de votre alimentation, des exercices physiques que vous effectuez, votre poids ainsi que la durée de vos assises en général. Cela lui permettra de vous indiquer la marche à suivre pour être vite soulagé et également vous épargner des crises futures. Pour des analyses plus approfondies, le médecin généraliste peut vous orienter vers un gastro-entérologue /proctologue.
  • La pratique de l’anuscopie : c’est un examen qui consiste à déterminer exactement la zone anale touchée par la pathologie. Elle est pratiquée dans l’objectif d’établir un diagnostic plus précis. Pour la pratiquer, une crème sera induite dans la zone anale, afin de faciliter l’insertion de l’anuscope dans le rectum. Ce n’est pas douloureux, car ce sera comme si vous introduisez un suppositoire.

Quelques recommandations concernant les crises hémorroïdaires

Pour atténuer les douleurs liées aux crises hémorroïdaires ou pour prévenir leur apparition tout simplement, nous vous recommandons quelques techniques.

Les bains de siège

Ils sont plus pratiqués pour réduire les manifestations de la crise hémorroïdaire, c’est-à-dire qu’ils aident à réduire les douleurs, démangeaisons et inflammations. Ici, nous vous recommandons le bain de siège à l’eau chaude avec de la fleur de camomille, une recette de grand-mère, reconnue pour être un anti-inflammatoire efficace. Si vos subissez une crise hémorroïdaire, offrez-vous ce bain de siège pour atténuer assez vite les symptômes.

Les sacs de glace

Les sacs de glace, compresses d’eau ou une serviette contenant des glaçons servent à réduire les inflammations liées à une crise hémorroïdaire. Il suffit de les poser sur la zone durant 10min.

Le savon doux

Pour faciliter l’apaisement et la disparition des symptômes, il est recommandé de bien nettoyer la région anale, notamment avant chaque administration de pommade et de suppositoires. Pour ce faire, utilisez un savon doux plutôt qu’un gel de douche. Pour le nettoyage privilégiez aussi une serviette douce et propre ou un sèche-cheveux, qui est d’ailleurs très recommandée dans ce cas.

Les traitements naturels

Utilisés en suppléments aux traitements médicamenteux, ils favorisent une guérison rapide. Par exemple, vous pouvez faire un bain de siège avec la tisane d’hamamélis pour un soulagement rapide des douleurs et inflammations.

Evitez les assisses prolongées aux toilettes

En étant assise aux toilettes, la position provoque une contraction plus forte de la zone anale, ce qui est favorable aux crises hémorroïdaires. Ne durez donc pas aux toilettes plus qu’il n’en faut.

Limitez l’usage du papier toilette

Pour limiter les crises hémorroïdaires, il est recommandé l’usage de l’eau plutôt que du papier toilette. En dehors de chez vous, priorisez des lingettes pour bébé.

Priorisez une alimentation riche en fibres et buvez assez d’eau

Les spécialistes recommandent minimum 1,5L d’eau de façon quotidienne pour hydrater l’organisme et vous alléger. A cela, il faut également ajouter la consommation de fibres pour améliorer le transit intestinal et éviter la constipation, source majeure des hémorroïdes.

Toutes ces recommandations s’inscrivent dans le cadre du soulagement rapide des symptômes des hémorroïdes, ainsi que de la prévention des crises futures.

Comment soigne-t-on les hémorroïdes ?

Ici, la possibilité vous est offerte de choisir entre plusieurs solutions. Ainsi, vous pouvez opter pour des médicaments ou une opération chirurgicale.

L’opération chirurgicale est souvent utilisée en dernier recours, lorsqu’on constate que la crise est à un stade très évolué. Elle est souvent privilégiée dans les cas d’hémorroïdes externes.  Ainsi, le spécialiste devra pratiquer une hémorroidectomie, une opération sous anesthésie locale qui consiste à extraire les hémorroïdes externes. Ici, le Docteur sectionne la partie des veines concernée par la maladie dans un délai de 3 jours à compter de l’apparition des manifestations.

On pense à la chirurgie dans les cas d’hémorroïdes internes, lorsque les manifestations deviennent plus fréquentes et tardent à disparaitre sous les traitements médicamenteux courants. Le chirurgien a le choix entre la ligature élastique, la sclérothérapie et la coagulation selon le type de patient qu’il a.

La ligature élastique est l‘opération qui consiste à mettre une élastique au bout de la veine affectée par l’hémorroïde, de sorte que la circulation sanguine soit ralentie. Ainsi, l’inflammation est réduite et l’hémorroïde détruite. La ligature élastique est l’opération chirurgicale la plus fréquemment pratiquée pour les hémorroïdes internes.

La sclérothérapie est caractérisée par l’injection  au niveau de la zone d’une substance sclérosante, de sorte à détruire l’hémorroïde. La coagulation quant à elle, est une opération qui consiste à éliminer les hémorroïdes à l’aide des rayons infrarouges.

En dehors de ces méthodes de guérison, le patient peut opter pour des solutions médicamenteuses. A cet effet, sont disponibles les crèmes, suppositoires et pommades à base de cortisone et benzocaine. Grâce à ces traitements, le patient peut calmer les irritations, la douleur et les inflammations. Ainsi, il pourra mieux vivre ces manifestations et enclencher assez tôt la guérison. Dans certains cas, il est utilisé des produits lubrifiants pour éviter la constipation, source de crises hémorroïdaires.

Les différents traitements utilisés dans le cadre de lutte contre  les hémorroïdes

Il en existe de plusieurs sortes, aussi bien pour la guérison que pour le soulagement des symptômes.

Les crèmes

Elles sont applicables directement sur la zone anale. Elles favorisent le soulagement des symptômes et la guérison à travers 3 actions essentielles :

  • Leur capacité à calmer les irritations et les inflammations
  • Leur capacité à améliorer la circulation sanguine afin de dénouer le nœud formé par l’hémorroïde et éliminer la thrombose hémorroïdaire qui provoque la douleur
  • Leur capacité à enclencher le processus de guérison à travers la réparation des tissus endommagés.

Les crèmes sont applicables avec un embout spécial ou avec des mains propres.

Les médicaments

Il existe des cachets à prendre pour soulager le patient des inflammations et douleurs liées à l’hémorroïde. Ce sont généralement des antidouleurs à prendre par voie orale, qui aide à atténuer les sensations provoquées par les symptômes de la crise.

L’inconvénient de ce type de traitement est qu’il n’agit pas sur l’hémorroïde elle-même, afin de favoriser le processus de guérison. Le patient se trouve  contraint alors de le suppléer par une crème, un suppositoire ou d’autres traitements naturels.

Les traitements disponibles avec ou sans prescription médicale

En dehors des solutions naturelles contre l’hémorroïde, le patient peut se tourner vers des traitements médicaux qu’il peut utiliser. Certains traitements sont soumis à prescription médicale et d’autres non.

Les crèmes et pommades qui calment la douleur

Il en existe de plusieurs sortes. Les crèmes et pommades calment les inflammations et améliorent la circulation sanguine qui favorisera une guérison rapide de l’hémorroïde. Pour utiliser une crème, le patient aura besoin d’en mettre une petite couche sur des doigts propres afin de la passer sur la zone anale concernée. La posologie diffère d’une crème à une autre, mais de façon générale, vous pouvez en passer entre 3 et 6 fois par jour.

En ce sens, la crème HemaPRO figure parmi les plus efficaces car elle calme la douleur et enclenche rapidement la guérison. Par ailleurs, sa composition est entièrement naturelle, gage de son efficacité dans le traitement des hémorroïdes.

Les traitements disponibles sous formes de suppositoires et de crème

Consulter un médecin dans le cadre des traitements d’une crise hémorroïdaire n’est pas chose aisée. Si ce n’est pas le rendez-vous qu’il tarde à avoir lieu, c’est l’inconfort engendrée par la crise qui fait hésiter le patient à aller vers le professionnel de santé.

La bonne nouvelle est qu’il existe des traitements avec ou sans ordonnance que vous pouvez acheter en ligne plus rapidement.

Pour les hémorroïdes externes, vous trouverez facilement des crèmes et pour celles internes, il existe des suppositoires dédiés à cet effet. Ils sont proposés par des fabricants de renommée internationale, connus pour l’efficacité de leurs traitements. C’est donc avec aisance et confiance que vous pouvez optez pour l’un d’entre eux, afin de calmer assez tôt les crises et améliorer la circulation sanguine, qui favorisera une guérison rapide.  Il s’agit de :

  • Anusol HC conçu par les Laboratoires McNeil. Disponible en crème et suppo
  • Ultraproct conçu par Meadow
  • Anugésic HC conçu par les Laboratoires Pfizer
  • Deliproct conçu par les Laboratoires Bayer

Cela pourrait aussi vous intéresser...