Cholestérol

Définition

Le mot « cholestérol » fait référence d’une part au cholestérol alimentaire, c’est-à-dire celui qu’on retrouve dans les aliments. D’autre part, au cholestérol sanguin, soit celui présent dans l’organisme. Dans ce dernier cas, il s’agit alors d’une substance molle et cireuse que l’on retrouve dans toutes les cellules du corps. Il joue un rôle considérable dans le maintien et le bon fonctionnement du système nerveux, de la peau, des muscles et de nombreux organes tels que le foie, les intestins et le cœur. Le cholestérol sanguin dont on parle ici a deux origines. Il provient à 70 % du foie et à 30 % des aliments. 

A l’encontre des idées reçues, le cholestérol n’est pas naturellement mauvais pour la santé. En effet, cette substance est même indispensable à la santé de l’organisme dans la mesure où il est responsable de la construction des parois cellulaires et de la synthétisation de la vitamine D, des sucs digestifs et de nombreuses autres hormones. En fait, le corps ne peut pas fonctionner normalement sans une certaine dose de cholestérol. Cela dit, une quantité trop élevée de cholestérol peut avoir l’effet inverse. Elle peut provoquer un rétrécissement des vaisseaux sanguins ce qui expose l’organisme aux maladies coronariennes. 

Le cholestérol n’est pas une maladie. C’est une substance graisseuse qui intervient dans la constitution des cellules et dans la production de certaines hormones. Autrement dit, c’est un composant essentiel et indispensable pour notre santé et pour notre survie.

On peut distinguer deux types de cholestérol :

  • Le LDL-cholestérol ou Lipoprotéine de basse densité : également appelé « mauvais cholestérol », il est à l’origine de la formation de la plaque d’athérome qui vient obstruer les artères pour provoquer une athérosclérose, elle-même responsable de problèmes cardiovasculaires, d’infarctus du myocarde, d’AVC, etc.
  • Le HDL-cholestérol ou Lipoprotéine de haute densité : également appelé « bon cholestérol » qui permet de dégager les artères afin de diminuer justement les risques cardiovasculaires.

Causes et facteurs de risques

Les LDL sont normalement présents en petite quantité dans notre sang et sont naturellement éliminés par le foie. On parle d’hypercholestérolémie lorsque le taux de LDL-cholestérol augmente considérablement dans le sang, et ce, dans la majorité des cas, à cause d’une mauvaise habitude alimentaire ou à un manque d’activité physique. On parle alors « d’hypercholestérolémie primitive ».

Cependant, l’augmentation du taux du cholestérol dans le sang peut avoir d’autres facteurs.

L’hypercholestérolémie familiale 

À l’inverse de l’hypercholestérolémie primitive, l’hypercholestérolémie familiale est d’origine génétique. Cas très rare qui ne touche qu’une personne sur 500 en France, il est particulièrement dangereux, car peut se manifester dès l’enfance, s’intensifier avec l’âge et provoquer des risques d’athérosclérose dès l’âge de 30 ans.

L’hypercholestérolémie secondaire

Dans le cas d’une hypercholestérolémie secondaire, l’augmentation du taux de LDL dans le sang est causée par le suivi d’un traitement et par les conséquences d’une tout autre maladie, à l’exemple du diabète. Un taux de triglycérides élevé s’accompagnent presque toujours d’une hausse de cholestérol.

L’obésité représente aussi un facteur de risque élevé, car il contribue à faire baisser les HDL et à augmenter les LDL.

D’autres facteurs peuvent également entrer en compte :

  • Le tabagisme et l’alcoolisme ;
  • Le stress qui provoque une sécrétion du cortisol, lui-même responsable de la mauvaise assimilation de la graisse et le sucre dans le sang.

Symptômes

L’hypercholestérolémie ne présente aucun symptôme. Dans la plupart des cas, on la décèle lorsque les premiers signes de problème cardio-vasculaire apparaissent. Mais à ce stade, il est souvent déjà trop tard.

Voilà pourquoi, il est recommandé à toute personne à risque c’est-à-dire, ayant plus de 50 ans, présentant des antécédents familiaux ou souffrant de diabète ou d’hypertension de procéder régulièrement à une mesure du taux de cholestérol, et ce, par le biais d’une prise de sang.

Complications possibles

Lorsqu’il n’est pas éliminé, le LDL cholestérol provoque l’entassement de dépôts graisseux dans les vaisseaux sanguins. Au fil du temps, ces dépôts vont se transformer en plaques d’athérome qui vont progressivement obstruer les artères, en particulier celles qui sont responsables de l’irrigation du cœur : les artères coronaires. Il y a alors ce qu’on appelle l’athérosclérose.

L’athérosclérose peut entraîner une angine de poitrine, un accident cardio-vasculaire, un accident vasculaire cérébral ainsi qu’une crise cardiaque.

Traitement

Le traitement du cholestérol désigne toutes les thérapeutiques utilisées afin de réduire le taux de mauvais cholestérol dans l’organisme. Il varie selon les rapports en valeur du bilan lipidique et prend également en compte certains facteurs de risques de maladies cardiaques.

Chez les personnes présentant un risque important de maladies coronariennes, le traitement consistera surtout en un changement radical des habitudes de vie : adoption d’une alimentation saine et équilibrée, pratique d’activité physique, non-consommation d’alcool et de tabac.

Les différents traitements du cholestérol

Le régime alimentaire

Pour diminuer le taux de cholestérol dans l’organisme, le premier traitement consiste à adopter de nouvelles habitudes alimentaires. En effet, il est important de ne pas oublier que 30 % du cholestérol provient de la nourriture, d’où la nécessité de réguler l’apport de celle-ci en lipides.

Une alimentation saine ne doit apporter au maximum que 300 mg de cholestérol. Afin de respecter cette dose, il faut :

  • Consommer des graisses végétales polyinsaturées et mono-insaturées telles que le tournesol, le soja, le colza, l’olive, les pépins de raisin, etc.
  • Éviter de consommer les graisses d’origine animale et les graisses saturées. Cette catégorie inclut le lait entier, le beurre, la viande grasse et les charcuteries.
  • Éviter les aliments riches en cholestérol tels que le jaune d’oeuf, les abats, les crustacés et le caviar. 
  • Manger des plats à base de poisson, de viande de veau, de volailles, etc.
  • Éviter la consommation d’alcool.

Il est recommandé de faire appel aux services d’un nutritionniste ou d’un diététicien afin d’établir un menu sain et équilibré.

La pratique d’exercice physique

Le traitement du cholestérol désigne toutes les thérapeutiques utilisées afin de réduire le taux de mauvais cholestérol dans l’organisme. Il varie selon les rapports en valeur du bilan lipidique et prend également en compte certains facteurs de risques de maladies cardiaques.

Chez les personnes présentant un risque important de maladies coronariennes, le traitement consistera surtout en un changement radical des habitudes de vie : adoption d’une alimentation saine et équilibrée, pratique d’activité physique, non-consommation d’alcool et de tabac.

Les différents traitements du cholestérol

Le régime alimentaire

Pour diminuer le taux de cholestérol dans l’organisme, le premier traitement consiste à adopter de nouvelles habitudes alimentaires. En effet, il est important de ne pas oublier que 30 % du cholestérol provient de la nourriture, d’où la nécessité de réguler l’apport de celle-ci en lipides.

Une alimentation saine ne doit apporter au maximum que 300 mg de cholestérol. Afin de respecter cette dose, il faut :

  • Consommer des graisses végétales polyinsaturées et mono-insaturées telles que le tournesol, le soja, le colza, l’olive, les pépins de raisin, etc.
  • Éviter de consommer les graisses d’origine animale et les graisses saturées. Cette catégorie inclut le lait entier, le beurre, la viande grasse et les charcuteries.
  • Éviter les aliments riches en cholestérol tels que le jaune d’oeuf, les abats, les crustacés et le caviar. 
  • Manger des plats à base de poisson, de viande de veau, de volailles, etc.
  • Éviter la consommation d’alcool.

Il est recommandé de faire appel aux services d’un nutritionniste ou d’un diététicien afin d’établir un menu sain et équilibré.

La pratique d’exercice physique

La pratique d’activités physiques est toujours bénéfique pour la santé. En plus d’aider de manière considérable à la perte de poids, elle permet également d’augmenter le taux de bon cholestérol et de réduire le taux de mauvais cholestérol et de triglycérides dans l’organisme.

Il est recommandé de pratiquer au moins 30 minutes d’activités sportives par jour et bruler pas moins de 1000 calories par semaine.

Les traitements médicamenteux du cholestérol

Lorsque le régime alimentaire et la pratique du sport ne suffisent pas à réguler le taux de cholestérol dans le sang, il faut recourir à des médicaments et traitements hypolipémiants ou hypocholestérolémiants.

On distingue principalement des médicaments qui permettent de réduire le taux de LDL soit de mauvais cholestérol et de triglycérides. Ce sont :

  • Les statines
  • Les résines qui motivent l’utilisation du cholestérol sanguin par le foie.
  • Les inhibiteurs de l’absorption intestinale du cholestérol qui permettent de bloquer l’absorption de cholestérol alimentaire.
  • Les fibrates qui diminuent directement le taux de triglycérides.
  • La niacine, le seul médicament qui permet d’augmenter le taux de HDL.

Maladie traitée par le traitement du cholestérol

Le traitement du cholestérol permet principalement de traiter l’hyperlipidémie, soit l’excès de lipides dans le sang. On constate une hausse importante de LDL, soit de mauvais cholestérol et de triglycéride. Ce cholestérol se dépose dans les artères, l’épaissit et les obture. Il entraine également la formation de caillot dans le sang ce qui peut directement causer un infarctus.

d’exercice physique

La pratique d’activités physiques est toujours bénéfique pour la santé. En plus d’aider de manière considérable à la perte de poids, elle permet également d’augmenter le taux de bon cholestérol et de réduire le taux de mauvais cholestérol et de triglycérides dans l’organisme.

Il est recommandé de pratiquer au moins 30 minutes d’activités sportives par jour et bruler pas moins de 1000 calories par semaine.

Les traitements médicamenteux du cholestérol

Lorsque le régime alimentaire et la pratique du sport ne suffisent pas à réguler le taux de cholestérol dans le sang, il faut recourir à des médicaments et traitements hypolipémiants ou hypocholestérolémiants.

On distingue principalement des médicaments qui permettent de réduire le taux de LDL soit de mauvais cholestérol et de triglycérides. Ce sont :

  • Les statines
  • Les résines qui motivent l’utilisation du cholestérol sanguin par le foie.
  • Les inhibiteurs de l’absorption intestinale du cholestérol qui permettent de bloquer l’absorption de cholestérol alimentaire.
  • Les fibrates qui diminuent directement le taux de triglycérides.
  • La niacine, le seul médicament qui permet d’augmenter le taux de HDL.

Maladie traitée par le traitement du cholestérol

Le traitement du cholestérol permet principalement de traiter l’hyperlipidémie, soit l’excès de lipides dans le sang. On constate une hausse importante de LDL, soit de mauvais cholestérol et de triglycéride. Ce cholestérol se dépose dans les artères, l’épaissit et les obture. Il entraine également la formation de caillot dans le sang ce qui peut directement causer un infarctus.

Dans le cas d’une hypercholestérolémie primitive, un régime alimentaire sain, varié et équilibré permet généralement de faire baisser le taux de cholestérol dans le sang. Pour traiter la maladie naturellement ou pour la prévenir, vous devez donc :

  • Opter pour de la nourriture saine, pauvre en gras et en matière insalubre ;
  • Opter pour une alimentation variée, riche en légumes, en fruits, en noix et en grains entiers ;
  • Pratiquer une activité physique ou sportive de façon régulière ;
  • Essayer de maintenir un poids santé stable ;
  • Réduire votre consommation d’alcool et de tabac.

Les médicaments

Lorsqu’une mode saine pendant une période déterminée ne suffit pas à faire baisser le taux de cholestérol dans le sang, un traitement médicamenteux est nécessaire. Dans la majorité des cas, en supplément à un régime diététique, les médecins prescrivent des hypolipémiants tels que :

  • Les statines, qui peuvent réduire le taux de LDL dans le sang à 60 %, car une action inhibitrice de la production de cholestérol dans le foie ;
  • Les résines et les fibrates, qui vont limiter ou freiner l’absorption du cholestérol par les intestins.

La chirurgie

Lorsque l’hypercholestérolémie est déjà à un stade avancé et qu’elle a déjà provoqué d’une obstruction des vaisseaux sanguins, une intervention chirurgicale est envisagée. Le médecin préconise souvent un stent ou une angioplastie afin de dégager l’artère concernée. 

A lire aussi sur Pharmassimo..

Liens entre la pilule et la libido Plusieurs femmes se plaignent de l’influence de leur pilule contraceptive sur leur libido. Même s’il n’y a pas encore eu d’ét...
Cause de l’impuissance et rôle du p... La dysfonction érectile que l’on nomme plus couramment impuissance représente un véritable problème pour les hommes qui en s...
Impuissance masculine et infertilit... Il est fréquent de rencontrer les notions d’infertilité et d’impuissance associées, voire confondues. Pourtant, ces deux term...
Zelitrex Composition et fonctionnement Zelitrex est un antiviral puissant qui est actif sur les virus du groupe de l’herpès. Ce mé...
Phen24 Phen24 : présentation, indications, avis, effets secondaire et prix Phen24 est complément alimentaire conçu à base d’ingrédie...
Les bienfaits du sperme Depuis plusieurs années, il y a une tendance croissante à utiliser les fluides corporels dans les cosmétiques et l’alimentati...

Date de mise à jour :

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>