Cancer de la prostate

Définition

Comme son nom l’indique, le cancer de la prostate se traduit par la transformation maligne des cellules de la prostate. Se multipliant de manière anarchique et souvent en toute discrétion, ce type de cancer n’est décelé que tard, à l’apparition d’une « tumeur ».

On peut répertorier deux types de cancer de la prostate :

  • Le cancer de la prostate intracapsulaire : également appelé cancer localisé, c’est le cas lorsque les cellules cancéreuses sont présentes et centralisées dans la prostate, sans risque de propagation.
  • Le cancer de la prostate extracapsulaire : également appelé cancer non-localité, c’est le cas lorsque les cellules cancéreuses se propagent en dehors de la prostate et atteint les os ainsi que les ganglions lymphatiques pour former ce que l’on appelle les « métastases ».

Causes et facteurs de risques

Les causes exactes du cancer de la prostate ne sont pas encore établies. Il est cependant associé à de nombreux facteurs de risques dont l’âge, les antécédents familiaux, l’alimentation, le tabagisme et les origines ethniques.

L’âge

Le vieillissement est un des facteurs influant sur la probabilité de développer un cancer de prostate chez l’homme. Plus le sujet est âgé, plus les chances qu’il souffre de cette tumeur sont grandes.

L’alimentation

La consommation d’aliments riches en matières grasses augmente de manière conséquente le risque de cancer de la prostate. Il a ainsi été prouvé que les hommes consommant régulièrement des viandes rouges et des viandes transformées telles que les charcuteries et les saucisses étaient plus atteints de cette maladie que d’autres.

Letabagisme

Aucune preuve scientifique n’est jusqu’ici venue démontrer le lien existant entre le tabagisme et le cancer de la prostate. Toutefois, si l’on se réfère aux statistiques, les personnes souffrant à la fois de tabagisme actif et de cancer de la prostate ont un taux de mortalité nettement plus élevé.

L’origine

On enregistre un taux plus élevé de cancer de la prostate chez les Africains que chez les hommes de type Caucasien. De même, ces derniers ont plus de chance de développer ce type de cancer que les Asiatiques.

Les antécédents familiaux

Les antécédents familiaux ont une importance capitale dans l’apparition d’une tumeur de la prostate car à eux seuls, ils multiplient les risques d’atteinte du cancer par deux, voire par trois. Il existe trois formes de cancers à antécédents familiaux :

  • Les cancers non-héréditaires : dits également sporadiques, c’est la forme la plus répandue.
  • Les cancers familiaux : représentant 20% des cas rencontrés, ils répertorient les cas de cancers rencontrés au moins deux fois dans une même famille.
  • Les cancers héréditaires : représentant 5% des cas, cette forme de cancer répertorie les cas de cancers rencontrés au moins trois dans une même famille.

Symptômes

Le cancer de la prostate est un mal silencieux qui se développe sans présenter le moindre symptôme. On ne le décèle pas aisément dans la mesure où les signes qui l’annoncent peuvent facilement être confondus avec les symptômes d’autres maladies :

  • Des troubles urinaires : incontinence, difficulté pour uriner, envie fréquente d’aller aux toilettes, sensation de brûlure au moment d’uriner,  présence du sang dans les urines, etc.
  • Des douleurs dans le bas du dos et au niveau des hanches.
  • Des troubles de l’érection.

Traitements

Plusieurs traitements sont possibles et chacun d’eux présentent leurs propres avantages et inconvénients. Il appartient au médecin traitant d’en informer le patient et de proposer celui qui est le plus adapté au stade et à la rapidité avec laquelle son cancer évolue.

L’attente sous surveillance

L’attente sous surveillance est envisagée et recommandée dans le cas d’un cancer intracapsulaire. Elle ne propose aucun traitement en particulier mais consiste, comme son nom l’indique, à attendre et à observer l’évolution de la tumeur.

L’hormonothérapie

Puisque les hormones masculines sont en cause, ce traitement consiste à administrer des médicaments qui visent à inhiber leur production afin de freiner l’évolution de la maladie.

La chimiothérapie

Traitement réservé aux cancers à un stade avancé, qui ne répondent plus aux autres traitements et qui présentent des métastases, la chimiothérapie consiste à introduire des substances chimiques par le biais de comprimés ou par perfusion. Par action généralisée, elle vise à détruire les cellules cancéreuses présentes dans l’organisme du patient.

La cryochirurgie

Lorsque la tumeur est de petite taille, les médecins injectent de l’azote liquide afin de geler les cellules cancéreuses et les tuer.

La radiothérapie

Ce type de traitement vise à détruire les cellules cancéreuses par le biais de rayons X. La radiothérapie peut se faire de deux manières : en externe et en interne. Dans ce dernier cas, le médecin implantera un dispositif radioactif directement dans la prostate, à proximité de la prostate pour une destruction localisée.

Date de mise à jour :