Contenu vérifié et certifié le 04/08/2021 par Baillard Christian, Pharmacien basé en Île de France

Vous avez commencé à prendre la pilule adolescente mais aujourd’hui vous avez envie de devenir maman. Vous avez peut-être commencé à la prendre plus tard, à cause de règles douloureuses par exemple ou encore des problèmes de peau. Votre gynécologue à l’époque vous a donc prescrit ce moyen de contraception qui vous permettait d’avoir une vie sexuelle libérée tout en améliorant votre confort de vie. Mais maintenant vous avez envie de lui dire « au revoir ». Vous commencez peut-être à ressentir des effets secondaires…

S’ils mettent parfois du temps à se manifester, les inconvénients de la pilule existent bel et bien.

Vous avez envie de laisser vote corps reprendre les commandes et vous ne voulez plus prendre des hormones de synthèse ! C’est tout à votre honneur.

Quelque soit la raison qui vous motive, sachez que l’arrêt de la pilule n’a rien d’anodin. Bien au contraire. En effet, la pilule vous accompagne au jour le jour depuis des années déjà. On ne s’en sépare pas aussi facilement. Mode de contraception basé sur des hormones de synthèse, elle bouleverse considérablement l’équilibre naturel de votre corps. Votre organisme s’est ainsi habitué à cet apport d’hormones supplémentaires. Il faudra donc lui laisser le temps pour retrouver ses repères, cette nouvelle manière d’être, pourtant originelle.

Pour vous accompagner au mieux dans votre décision, voici quelques informations et autres conseils sur le sujet. D’après de nombreux témoignages de femmes, si l’arrêt de la pilule est un véritable défi avec son lot d’obstacles, il en vaut la peine.

Arrêt de la pilule : les inconvénients

Lorsque vous recherchiez la pilule la mieux adaptée à votre situation vous avez certainement dû faire face à de nombreux effets secondaires plus ou moins désagréables. Votre corps répond de manière distincte à chaque hormone et aux dosages de ces dernières. De plus chaque femme réagit elle-même de manière différente. Il n’y a aucune règle arbitraire à ce niveau. Ce qui est sûr par contre c’est que la pilule entraine de nombreuses modifications, pas toujours visibles au premier coup d’œil. Si la prise de la pilule bouleverse donc votre organisme, l’arrêt de cette dernière le fait logiquement aussi.

L’un des principaux inconvénients que l’on peut noter avec l’arrêt de la pilule concerne les problèmes de peau et notamment l’apparition d’acné. Il n’est pas rare en effet que des « imperfections cutanées » apparaissent lorsque l’on arrête. La peau est souvent plus grasse et des boutons disgracieux bourgeonnent sur le front, le dos, le décolleté…

Et il faut bien reconnaitre que ce n’est pas toujours facile de se retrouver avec sa tête d’ado quand envisage d’être maman ou que l’on a la trentaine. De manière générale, ces boutons devraient disparaitre progressivement. Il faudra tout de même patienter entre deux et six mois pour retrouver votre peau de pêche.

Un autre problème d’ordre à nouveau esthétique concerne cette fois-ci les cheveux. Lorsque vous arrêter la pilule, votre « crinière » va également réagir. Généralement vos cheveux vont être plus gras. Cette réaction est également due à l’absence d’hormone. Comme pour la peau, la production de sébum va avoir tendance à augmenter rendant ainsi vos cheveux plus gras. Lorsque vous allez arrêter la pilule vous devrez donc certainement laver vos cheveux plus souvent. Attention tout de même à ne pas les abîmer avec des shampoings à répétition. Là encore, vos cheveux devraient retrouver leur aspect normal en quelques mois. Il faut de nouveau s’armer de patience pour que votre organisme se régule par lui-même.

Après les problèmes de peau et de cuir chevelu, un autre inconvénient aura tendance à apparaitre avec l’arrêt de la pilule. Cette fois-ci, c’est bien plus douloureux. Il est en effet fort probable que vos règles vous fassent souffrir… N’est-ce pas d’ailleurs pour cette raison que plus jeune votre gynécologue vous avait prescrit la pilule ? De manière générale, votre cycle menstruel aura également tendance à être plus irrégulier, les règles seront plus abondantes, dureront plus de temps. Encore une fois, tout devrait rentrer dans l’ordre assez rapidement.

Arrêt de la pilule : les avantages

Si arrêter la pilule entraine son lot de déconvenues, lui dire adieu s’accompagne aussi de certaines satisfactions, heureusement. La première bonne nouvelle pour de nombreuses femmes concerne la silhouette. Si on reproche souvent à la pilule d’entrainer une prise de poids, l’inverse est aussi vrai. Ce sont encore les hormones qui rentrent en jeu mais cette fois-ci en votre faveur. Il n’est pas rare en effet de perdre 2 à 3 kilos (voire un peu plus chez certaines) lorsque l’on arrête de prendre la pilule.

Une autre bonne nouvelle concerne votre libido. La pilule à tendance à l’endormir. Lorsque l’on arrête, c’est aussi votre désir qui renait, plus fort, plus intense, plus imprévu.

Un autre aspect positif de l’arrêt de la pilule concerne le moral. Peut-être est-ce lié à l’ovulation qui reprend ses droits et au retour de la fertilité mais de nombreux témoignages le confirment. Une espèce de « joie de vivre » revient quand on arrête, une légèreté de l’âme mais aussi du corps. Il faut d’ailleurs signaler que certaines pilules entrainent une baisse du moral, des sautes d’humeur voire un état dépressif. Là encore l’inverse est aussi vrai.

Nos conseils

Il est toujours important de le répéter : lorsque l’on parle d’un moyen de contraception hormonal, il faut toujours l’envisager au cas par cas. Chaque femme est différente et chaque femme va réagir différemment.

Ce qui peut être observé de manière générale, c’est que les raisons qui ont pu vous pousser à prendre la pilule vont très certainement réapparaitre lorsque vous allez arrêter : l’acné fait partie des « problèmes » qui n’ont pas été réglés mais seulement mis en sommeil si l’on peut dire. Dans ce cas, il est donc préférable d’anticiper la situation : vous pouvez préparez votre artillerie de soins pour la peau, on n’est jamais trop prudente…

Mais la meilleure solution pour tâcher de minimiser tous ces effets secondaires désagréables liés à la pilule consisterait à arrêter progressivement. Plutôt que de priver votre organisme de sa dose d’hormones quotidienne de manière brutale pourquoi ne pas le faire de manière progressive ? Vous pouvez ainsi diminuer les doses petit à petit. Soit vous diviser votre pilule et vous en avaler un peu moins au fur et à mesure, soit vous espacez les prises.

Si vous divisez votre pilule en 4, vous commencerez à en prendre les trois quart puis au bout d’un certain temps la moitié, et ainsi de suite. Vous pouvez également commencer à prendre votre pilule un jour sur deux, puis un jour sur trois, etc.

Il vaut toujours mieux préciser que dans ces cas-là l’effet contraceptif n’est bien évidemment plus assuré. L’arrêt progressif de la pilule a pour unique objectif d’effectuer la transition le plus doucement possible.Vous pouvez donc envisager un autre système contraceptif qui ne sera pas basé sur les hormones.

Sources : http://www.cosmopolitan.fr/,c-est-decide-j-arrete-la-pilule-quels-sont-les-effets-secondaires,1927224.asp