Les moyens de lutte contre les allergies

Les allergiques peuvent se manifester au travers de l’alimentation, de la respiration, de l’environnement ou la peau. Si elles sont reconnues par l’Organisation Mondiale de la Santé comme la 4è des pathologies touchant plus de personnes à travers le monde, c’est bien parce qu’elles existent en grand nombre et se répartissent sur 75% de la population mondiale.

De nos jours, on parle de plus en d’allergies. Qu’il s’agisse d’un traitement récent ou d’un produit, il est désormais plus fréquent que les allergies soient mentionnées comme effets secondaires ou indésirables, si bien que plusieurs personnes n’arrivent plus à mieux cerner cette pathologie. A travers ce mini-dossier, nous vous proposons un aperçu de ce qu’on appelle allergies et de comment vous pouvez y faire face.

Comment se manifestent les allergies ?

Par allergies, on entend une réaction brusque du système immunitaire en présence de l’allergène, un élément qu’il juge étranger. Elles se caractérisent par la sollicitation des anticorps à la production d’une substance, qui assurera la défense de l’organisme contre ce corps étranger. Le problème est que cette réaction de l’organisme a tendance à être souvent excessive, même si l’allergène est sans gravité pour l’organisme. En médecine, l’allergie traduit une hypersensibilité à une substance.

Les réactions allergiques peuvent se manifester de plusieurs sortes selon chaque individu. Les types de manifestations d’un allergène ainsi que leur intensité varient donc d’un individu à un autre. On en retient 4 que sont :

  • Les manifestations cutanées à travers des irritations, démangeaisons, boutons, rougeurs et autres éruptions cutanées
  • Les manifestations respiratoires à travers le nez bouché, la toux, les difficultés respiratoires, le nez qui coule, la sibilance, etc.
  • Les manifestations gastriques telles que les douleurs au bas ventre, les diarrhées, les vomissements, des maux de ventre, etc.
  • Les manifestations inflammatoires tels que les gonflements de la langue, des yeux ou des lèvres, les œdèmes, les conjonctivites, les picotements des yeux, etc.…

Ainsi donc, on retient 4 types d’allergies que sont les allergies cutanées, les allergies alimentaires, les allergies respiratoires et les allergies au travers des venins d’insectes.

Les causes des allergies

Il n’est pas aisé de trouver la raison exacte pour laquelle certains individus sont allergiques à tel corps et d’autres non.

La première source des allergies reste néanmoins l’hérédité. Si vous avez un parent allergique à une certaine substance, la probabilité que vous développiez cette  allergie est forte. Dans ce cas, on parle d’allergie atopique. Si donc il existe plusieurs manifestations allergiques dans votre famille atopique, il y a de fortes chances que vous les ayez tous autant.

Parmi les cas les plus fréquents dans cette catégorie, on retient l’asthme, l’eczéma et la rhinite. Certaines allergies sont des facteurs engendrant d’autres plus sévères.

En dehors de l’hérédité, il existe d’autres causes expliquant les allergies chez les individus. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ceux qui n’ont aucun parent allergique en développent. Les allergènes peuvent se retrouver dans l’environnement, l’alimentation, un produit, etc. Même si la plupart du temps ils sont inoffensifs, ils peuvent créer une réaction au contact de l’organisme d’un individu qui leur est hypersensible. Parmi eux on retrouve :

  • La poussière, les moisissures et autres environnement propices au développement des allergies. A cet effet, ce sont les enfants qui sont plus exposés.
  • Le pollen et des acariens, qui se manifestent au travers des rhumes et de la rhinite dans les cas les plus sévères. On retrouve les acariens notamment dans la literie
  • L’alimentation : ici, les allergènes trouvent leur niche dans les poissons et fruits de mer, le lait de vache, l’arachide, le blé, le soja et autres.
  • Les traitements médicamenteux
  • Les produits cosmétiques, ménagers et autres matières tels que le latex
  • Les métaux
  • Les venins d’insectes tels que l’abeille, la guêpe, le bourdon et frelon

Comment se déroule le processus allergique dans l’organisme ?

La première réaction de l’organisme est la sensibilité à l’allergène. Cette sensibilité se manifeste par l’identification du corps étranger, qui incite l’organisme à créer une substance défensive grâce à la mobilisation des anticorps nommés IgE.

A chaque fois que ce corps étranger sera désormais au contact de votre organisme, ces anticorps seront mobilisés en grand nombre, et ce, généralement de façon disproportionné à la gravité de l’allergène. C’est une mesure de protection excessive que met en place votre organisme contre ce corps qui, normalement ne le perturbe en rien.

Dans les cas les plus fréquents, les manifestations allergiques ne sont pas dangereuses. Elles peuvent néanmoins l’être dans certains cas, au point de devenir mortel. C’est ce qu’on observe par exemple au niveau de l’asthme,  dont les manifestations obligent parfois à une hospitalisation d’urgence. Si au départ, ce sont des crises respiratoires ou encore des étouffements, l’individu peut vite se retrouver en situation de réaction anaphylactique.

Une réaction anaphylactique est une baisse brutale de la tension aboutissant à une perte de conscience et dans certains cas, à la mort. Elle résulte de la réaction excessive de l’organisme du patient vivant une situation de détresse respiratoire, accentué par des douleurs cardiaques, des réactions cutanées, et œdème. Si donc, vous remarquez ces manifestations allergiques, prière solliciter les secours dans les plus brefs délais afin d’éviter une réaction anaphylactique.

Les moyens de prévention et de traitement contre les allergies

Comme évoqué, les causes des allergies sont incertaines. Ce dont on est sûr, c’est que les enfants ayant eu suffisamment le temps de consommer le lait maternel sont moins susceptibles de développer des allergies. Selon ces études, le système immunitaire de l’enfant se trouve renforcé par le lait maternel, qui agit en qualité de protecteur naturel, diminuant ainsi les manifestations d’hypersensibilité à certaines substances.

Parmi les moyens de prévention il y a l’éviction, qui consiste à rester éloigné des allergènes susceptibles de déclencher les manifestations. L’éviction est un ensemble de mesures de précaution servant à moins vous exposer aux allergènes. Ainsi, il vous faudra :

  • Changer de façon régulière la literie afin de freiner le développement des acariens
  • Aérer régulièrement les maisons
  • Eviter la prolifération des champignons domestiques
  • Ne consommer que des aliments dont les compositions ne comporte aucune substance à laquelle vous êtes allergiques. Pour cela, prenez garde à bien lire les étiquettes des boites
  • Eviter si possible le soja et l’arachide.

Pour éviter de faire face à des cas sévères de manifestations allergiques, certains traitements sont également à prévoir. Pour les crises histaminiques et inflammatoires, les corticoïdes vous seront d’une grande utilité, car ils permettent d’amoindrir les premières manifestations de l’allergiques. C’est pareil pour l’asthme dont la Ventoline permet un soulagement rapide des premières crises. La Locoid et certaines crèmes sont à envisager pour les patients ayant souvent affaire aux eczémas.

Par ailleurs, il existe d’autres méthodes de traitements telles que l’immunothérapie, encore la désensibilisation. La désensibilisation est une technique qui consiste à familiariser votre organisme au corps étranger qui déclenche les allergies. C’est une méthode qui s’inscrit dans la logique de Sun TZU à savoir, le fameux « Connais ton ennemi et connais toi toi-même ».  En optant pour une immunothérapie, votre organisme se défendra désormais avec moins de violence, avec des réactions allergiques plus contrôlées.

La première étape est celle durant laquelle l’allergène est introduit dans l’organisme selon un dosage croissant, jusqu’à ce qu’on atteigne une dose adéquate, celle que l’organisme peut tolérer. Ensuite on débutera l’étape d’entretien, qui consiste à entretenir cette familiarité de l’organisme à l’allergène, grâce à l’injection d’une dose constante du corps de façon régulière.

Les modes de traitement des allergies

Qu’une allergie soit sévère ou pas dépend du type et de l’individu. C’est ce qui explique la pluralité des traitements disponibles. Les plus fréquemment rencontrés sont les antihistaminiques, disponibles sous forme de gouttes oculaires (Allergodil) et de comprimés (Xyzall).

Il y a également des sprays nasaux tels que Flixonase et Avamys. L a Mastocyte est une substance indiquée dans le traitement des conjonctivites. Par exemple, Tilavist est une goutte à base de mastocyte et destiné à traiter les conjonctivites.

Les chocs anaphylactiques sont des manifestations allergiques sévères, pouvant aboutir au décès. Si vous en souffrez, vous devez conserver sur vous un traitement antiallergique contenant de l’adrénaline. Epipen est un exemple efficace de ce type de traitement.

Fonctionnement des traitements antiallergiques dans l’organisme

Les antiallergiques ont un rôle principal, celui de limiter la réaction allergique de l’organisme au contact du corps étranger. Dans ce registre, les antihistaminiques occupent la pôle position car ils boquent assez bien la production massive des anticorps censés faire déclencher les symptômes de l’allergie. Ainsi, les inflammations, à l’instar du gonflement par exemple, ne se manifestent plus. Il en est de même pour les traitements sous forme de spray.

Les réactions allergiques les plus dangereuses proviennent souvent de l’alimentation et des piqûres d’insectes. On note chez l’individu  des inflammations sous forme de gonflement, des difficultés respiratoires et les baisses brutales de la pression sanguine. Les traitements contenant de l’adrénaline tels que Epipen sont disponibles pour stabiliser le rythme cardiaque, resserrer les vaisseaux sanguins et rétablir les voies respiratoires.

Les effets secondaires liés aux traitements antiallergiques

Ils varient selon le type de traitement employé. Pour ce qui est des sprays, on note souvent des céphalées, des inflammations et des écoulements de sang dans le nez. Les gouttes oculaires, quant à elles, provoquent parfois des vertiges. Enfin, l’Epipen utiliser pour prévenir les crises anaphylactiques peut entrainer des vertiges, des sueurs et maux de tête.

De toute évidence, vous trouvez la liste des effets secondaires liés à chaque traitement dans sa notice.

Les possibles interactions médicamenteuses des traitements antiallergiques

Certains médicaments peuvent perturber, voire annuler, le fonctionnement des antiallergiques. Si donc vous êtes sous traitements médicamenteux, il importe que le médecin en soit informé avant qu’il ne vous prescrive un antiallergique.

Les explications relatives à la propagation des allergies

En 30 ans, les cas d’allergies ont presque doublé dans le monde entier. Pour s’en rendre compte, il suffit de jeter un coup d’œil aux statistiques liées aux personnes souffrant de l’asthme.

Les populations les plus concernées sont celles vivant des zones industrialisées, car les allergies touchent environ la moitié des personnes. La question est désormais de savoir si ces allergies sont dues à un environnement trop condensé en allergène ou si ce sont les individus qui deviennent de plus en plus hypersensibles. A cet effet, 3 thèses sont énumérées, selon lesquelles l’hygiène, les prédispositions de l’organisme et l’environnement urbain.

  • Selon la première thèse dite hygiénique, il a été statué que la propreté excessive de nos milieux d’aujourd’hui ne favorise pas une bonne connaissance de l’organisme de son environnement. Nous vivons dans des environnements perpétuellement aseptisés, qui ne permettent pas à nos organismes de mieux connaitre divers sortes de bactéries, afin de savoir lesquelles lui sont dangereuses ou pas. A titre d’exemple, le fait d’habituer un enfant à la consommation des antibiotiques ne favorisent pas une bonne maitrise des bactéries. A l’opposé, un enfant ayant un rhume a plus de chance de développer un système immunitaire plus compréhensif des allergènes inoffensif ou non.
  • La seconde thèse met l’accent sur la perméabilité de l’organisme au fil du temps, dû à la consommation excessive des traitements médicamenteux, des antibiotiques, des vitamines, des aliments riches en fibres qui, à la longue accentuent la sensibilité des muqueuses intestinales. Par ailleurs, il y a aussi l’implication du stress et de l’anxiété, qui influent sur le système gastrique de l’organisme.
  • La 3è thèse souligne le rôle de l’environnement dans le développement des allergies. Un environnement dont l’air permanemment pollué provoque des rhinites. Egalement, l’utilisation des vêtements, des produits cosmétiques ou de nettoyage à composition chimique et des aliments en conserve ont tendance à faire multiplier les allergies.

Même si les manifestations diffèrent selon les allergies, il est quand même nécessaire de savoir les différencier des intolérances. Certaines manifestations ressemblent à des allergies, mais n’en sont réellement pas. Par exemple, des personnes sont allergiques au lait et ne peuvent pas en consommer, quel qu’en soit le type. En revanche, il y a d’autres individus qui sont intolérants au lactose, et peuvent donc consommer les laits qui n’en contiennent pas. Dans ce second cas, c’est l’enzyme lactase qui est en cause, et le non le système immunitaire entier.

Aussi, il est possible que l’organisme développe des manifestations face à certaines substances sans pour autant y être allergique. C’est le cas par exemple du tabac ou de certains aliments tels que les viandes, le chocolat ou encore la fraise qui suscitent des réactions dues à l’hyperactivité des muqueuses. Il ne s’agit pas forcément des allergies.

L’hyperactivité des muqueuses est due à l’intégration excessive des allergènes dans le corps, qui ne leur facilitent pas le traitement. Dans ce cas, c’est l’abondance de l’histamine dans l’organisme. L’histamine est une amine biogène, dont la forte concentration suscite l’hyperactivité des muqueuses dont les manifestations sont semblables à des réactions allergiques, mais qui n’en sont réellement pas puisque le système immunitaire n’est pas concerné.

Cela pourrait aussi vous intéresser...